Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 21:58
Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel
Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel

Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'une Antho Jeunesse publiée par feu La Cabane à Mots. C'est Le Festival des Lithaniennes qui reprennent le flambeau de cette géniale idée, à savoir les Antho-Noires devenues orphelines à cause de l'obligation pour l'association de stopper leur activité florissante... Bref, je ne développerai pas les raisons qui ont poussé l'équipe à rendre les armes mais leur volonté de donner une chance à des jeunes auteurs a été déterminante lors de cet appel à textes, il y a de cela quelques mois.

Le thème m'avait inspirée car il s'agissait de mettre en scène quelques monstres et devait s'adresser au jeune public de 8 ans. Mon texte "Drôle de monstre" en fait partie d'ailleurs..

Devant le grand nombre de nouvelles de qualité un second ouvrage a vu le jour : celui-ci qui contient 7 textes et qui devraient satisfaire les lecteurs aimant avoir peur mais pas trop quand même. De plus, une police de caractère adaptée aux dyslexiques règle le problème de clarté grâce à des espacements plus larges et des empâtements permettant de ne pas mélanger les lettres proches comme les d, b ou p, q...

Mon avis sur les différents textes :

1) Cherche équipier désespérément de Laetitia Pettini : Une bonne entrée en matière qui donne le ton. Oui les monstres existent et des chasseurs les poursuivent dont cette fillette Myrtille Dubois qui explique comment elle en est venue à traquer ces vilains vampires ou autres créatures inquiétantes. Quand on a un père fabriventeur ces expéditions deviennent de simples routines mais Myrtille a besoin des services d'un équipier, qu'on se le dise ^^ Une histoire pétillante qui se termine par un test, très bien trouvé. L'ensemble - forme et fond - m'a séduite.

2) Coup de lune de Patrick Godard : une histoire qui aurait pu mal tourner mais fort heureusement la conclusion nous tire une petite larme... Car les loups peuvent se transformer n'est-ce pas ? Surtout une nuit de pleine lune... Un classique revisité d'une manière intéressante.

3) La boîte à démons de Frédéric Gobillot : j'ai apprécié l'idée originale où une boîte cachée au fond d'un grenier devient une sorte de boîte de Pandore. Comment le garçon, Luc, qui a bravé l'interdit pourrait-il sauver sa famille ? Récit plein de rebondissements et jubilatoire.

4) La lumière d'Ortague de Marie Maillard : Racontée du côté des monstres, cette nouvelle prend appui sur les légendes même au pays de Loufènes où les vilaines créatures sont reines. Beaucoup d'humour en fin de compte dans ces pages. L'auteur nous montre que nous ne sommes guère différents d'eux... J'ai été déçue par la fin car j'aurais aimé que les adolescents ratent leur mission dans la grotte ;)

5) Le secret de la forêt de Marie H Marathée qui met en scène des élèves et leur maîtresse. Idée classique car les soupçons sur les possibles agissements occultes d'une institutrice par sa classe sont souvent la base de certains livres de littérature jeunesse. Là, il est vrai que cette Mlle Patapaf, est tout sauf terrifiante et la fin devient assez plaisante.

6) Le sortilège du Patapaf d'Hélène Duc : une histoire bien construite qui promet des sueurs froides. Un début de vacances entre une grand-mère et ses petites filles tourne au cauchemar à cause d'un démon décidant de se réveiller pile le premier soir ! Hélène réussit avec brio à créer une ambiance "Chair de poule" à laquelle on ne résiste pas. Bravo !

7) Méfiez-vous des chats d'Audrey Calviac : J'ai trouvé beaucoup de charme à ce récit. Même si l'auteur nous met en garde contre ce chat, je ne le considère pas comme un ennemi, au contraire, puisqu'il se livre à un juste combat... contre une méchante sorcière qui elle me terrifie beaucoup plus ! J'ai été embarquée dans cet univers particulier très bien écrit (passages d'une poésie agréable avec des images autour de la lune que j'ai appréciées).

Un dernier texte nous est donné en bonus. Il a été travaillé avec Sidonie Gatel et les enfants de l'école de Varzy à l'occasion d'ateliers d'écriture. Je suis bluffée par les trouvailles du scénario. Une découverte et une surprise que cette histoire dans un pays à ne pas mettre un orteil. Mais les enfants ne reculent devant rien surtout poussés par une porte vivante ! Je me suis régalée et je félicite les élèves qui ont eu ces idées formidables : Zoé, Camille J., Corrie, Laura, Scheren, Camille R., Cassandre et leur animatrice Sidonie car je sais d'expérience qu'il n'est pas facile de mener ce genre d'atelier à l'école !

Cette Antho-Noire est une réussite et d'une richesse que je recommande. Vous pouvez vous la procurer sur la page des Lithaniennes : https://www.facebook.com/LesLithaniennes/?fref=ts ou bien sur le blog de Frédéric Gobillot : http//lecycledeleveil.e-monsite.com/boutique (http://lecycledeleveil.e-monsite.com/pages/antho-noire-pour-nuit-de-pleine-lune/antho-noire-pour-nuit-de-pleine-lune.html et auprès des auteurs comme Audy Calviac/ Stark (https://www.facebook.com/audrey.calviac?fref=ts )

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 00:30
Un Continum spécial Loup

Un Continum spécial Loup

J'avais participé à cet appel à textes mais mon texte n'a pas été retenu. Donc je voulais lire les auteurs qui ont eu la chance d'être sélectionnés. Sur les 6 textes, 3 m'ont vraiment plu alors que les autres ne m'ont pas accroché plus que ça.

Tant que le loup n’y est pas

Six auteurs francophones vous emmènent sur des chemins tortueux à la rencontre de loups de toutes sortes : qu’ils soient communs ou maudits, ces Canis Lupus vous emporteront dans des aventures qui vous feront rêver ou frissonner…

Détails : ​

Elle de Béatrice Ruffié-Lacas nous montre qu’il est très difficile d’accepter, pour une jeune adolescente, l’absence de sa mère. La raison à cela est fort bien amenée : une vraie surprise vous attend en fin de lecture. J’ai beaucoup apprécié cette nouvelle ^^

Les enquêtes de Messire Fulbert Lupus Dei de Loïc Lendemaine. Histoire racontée en français ancien qui m’a un peu déstabilisée. Une fois l’habitude installée, les aventures de Fulbert paraissent suffisamment bizarres pour qu’on s’y intéresse. J’avoue avoir deviné souvent la manière dont les choses allaient se dérouler… Je salue toutefois le bel exercice de style servi par une documentation sur les mœurs au Moyen-Âge.

Loup, où es-tu ? d’Hélène Duc. Des personnages d’aujourd’hui, malfaiteurs de leur état ont mis au point un plan pour cambrioler un musée. La pierre de lune leur promet une fortune colossale. Ils rêvent, sauf l’un d’eux qui ne se réjouit pas d’avance, pressentant un problème. En effet il aura raison ! Très bonne nouvelle, originale, aux multiples rebondissements.

Un vrai plaisir de lecture ^^

Givre et sève de Marie Loresco. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire ! L’auteur joue sur des mondes parallèles mais je ne voyais pas bien où se situaient les personnages ni où elle voulait en venir ! Trop confus ou poétique pour moi !

Dépression de Barnett Chevin. Très surprenant, surtout l’issue ! L’air de rien, Barnett nous entraîne dans les méandres sombres des âmes humaines. J’adore !

(Et le clin d’œil à Georges ^^).

La chanson de Madiel de Sylvain Lamur m’a laissée de marbre. L’idée est intéressante mais la forme ne m’a pas semblé pertinente. Tout le long de cette balade, les mêmes renseignements nous sont fournis, ce qui fait que l’on tourne en rond avec le personnage. Est-ce voulu ? Je n’ai pas été convaincue en tous cas.

Si vous voulez l'acheter : http://www.lulu.com/shop/barnett-chevin-and-helene-duc-and-loic-lendemaine-and-beatrice-ruffi%C3%A9-lacas/tant-que-le-loup-ny-est-pas/paperback/product-22673486.html (6,10 €)

La quatrième de couverture

La quatrième de couverture

Partager cet article
Repost0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 23:59
Dans l'Arène Hors-Série numéro 3

Dans l'Arène Hors-Série numéro 3

J'ai participé à ces duels entre écrivains... Malgré que je n'ai point gagné, une de mes nouvelles se trouve en lecture gratuite dans ce numéro. Il s'agit de "Déca-Danse" inspirée par le thème du XIX ème et des maisons de passe + des métamorphes ;)

Il y a de quoi lire dans ce recueil de nouvelles fantastiques ou Science-Fiction ! Pas moins de 409 pages, 8 interviews et 21 nouvelles de SFFF...

Allez-y ! Vous ferez de belles découvertes d'auteurs talentueux.

Lien vers le site pour télécharger ce numéro : http://notre-nouveau-monde.blogspot.fr/2016/06/revue-sfff-nouveau-monde-hors-serie-n3.html

Partager cet article
Repost0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 22:40
La belle affiche dessinée par Fabrice Diclair (ou Niclair)

La belle affiche dessinée par Fabrice Diclair (ou Niclair)

J'annonce à la France entière que je serai de passage à Varzy pour y dédicacer une Antho-Jeunesse destinée à de jeunes lecteurs à partir de 8 ans mais il est possible d'apprécier les histoires si vous êtes âgés de 8 à 98 ans ! Mon texte s'appelle "Drôle de monstre ! "

Rendez-vous donc au stand des auteurs les 2 et 3 juillet au château de Varzy dans la Nièvre.

Une ambiance du tonnerre vous attend !

Voici le lien du festival : http://leslithaniennes.wix.com/accueil#!salondulivre/c1tb7 (site)

et : https://www.facebook.com/LesLithaniennes (Facebook)

Si vous ne pouvez venir, tant pis pour vous mais je télécharge un bon de commande au cas où vous aimeriez lire les 6 autres textes retenus :

Bon de commande pour l'Antho Jeunesse à partir de 8 ans

Bon de commande pour l'Antho Jeunesse à partir de 8 ans

Bon de commande pour l'Antho-jeunesse à partir de 12 ans

Bon de commande pour l'Antho-jeunesse à partir de 12 ans

Il existe une autre Antho et vous pouvez aussi la commander grâce à ce bon ci-dessus (à imprimer).

Voilà, vous savez tout : il n'y a plus qu'à......................

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 19:05
Couverture du Dieu sans nom de Serge Rollet 17 € pour 10 nouvelles ! Collection Anticipation / Fiction

Couverture du Dieu sans nom de Serge Rollet 17 € pour 10 nouvelles ! Collection Anticipation / Fiction

Voyage au pays de Lovecraft en compagnie de créatures terrifiantes dont la particularité est de haïr les humains et de vouloir leur destruction.

Les histoires inventées par Serge Rollet renouvellent le genre habilement. Sa plume précise, sans fioritures surpasse nombres d'essais cherchant à imiter ce maître de l'horreur, éveilleur de sensations de terreur venues d'ailleurs.

Dans ce recueil, l'auteur nous offre dix nouvelles à savourer :

1) Le Dieu sans nom

Yann Martens, un professeur / archéologue, découvre après avoir participé au déplacement d'un temple Maya au cœur de la région du Yucatán, en pleine jungle que l'origine des récentes catastrophes serait liée à ce vaste chantier "Le Projet Chac". La place libre désormais sera recouverte par un barrage hydroélectrique. On ne trouble pas une terre sacrée sans conséquence ! Quelque chose s'est réveillée qu'il faudra contrer avec l'aide d'une association secrète et d'un vieux prêtre, Pedro Diaz. La fin très surprenante et pourtant cohérente donne une dimension grandiose à ces 91 pages de pur bonheur ! Le plus long texte du recueil annonce la couleur souvent noire de l'imaginaire fertile de cet auteur rare.

2) L'ennemi ancien (30 pages)

Encore une histoire de jungle, cette fois au Vietnam qu'un groupe d'américains, accompagné d'un enfant du pays, Truong, va tenter de traverser afin de retrouver un groupe de disparus composé de soldats américains qui n'ont plus donné de nouvelles. On comprend vite pourquoi mais tout l'art est dans la tension qui va crescendo à travers l'attitude du pauvre vietnamien, obligé de servir de guide malgré la certitude qu'il a d'aller au devant d'une mort effroyable. Les découvertes macabres lui donneront raison mais les soldats américains campent sur leur position. Un seul en réchappera, un métis, Johnny Eagle qui réussit à trouver la faille du "Grand Dévorant". J'ai été happée par ce texte, très réussi.

3) L'Ombre des Docks (31 pages)

Comment une île qui apparaît devant des marins, va plonger un équipage et un homme, le Capitaine Horace Mac Lane, dans un cauchemar inédit peuplé de crimes odieux.

La découverte d'un trésor au fond d'une grotte et d'un coffre qui se révèle être plutôt un sarcophage résistant aux nombreux essais d'ouverture aboutira à faire coïncider un des mythe de Lovecraft avec un célèbre tueur en série londonien. Grâce à l'aide du frère d'Horace, un érudit passionné de sciences occultes et un rituel ancien, le monde des humains sera délivré d'un monstre d'une cruauté totale. L'architecture de ce texte permet des situations passionnantes.

4) Baphomet (13 pages)

Voler des œuvres d'art dans des chapelles de campagne, des caveaux ou églises désaffectés est peut-être une bonne idée pour s'enrichir à moindre frais.

C'est l'idée de Michel Bron et de son associé qui ont crée leur association et un réseau de collectionneurs peu scrupuleux. L'affaire tournera au vinaigre quand une sculpture d'origine inconnue, créée dans une matière de basalte noir provoquera des cauchemars et la mort de l'un d'eux. Même le narrateur, en prison ne souhaite pas être remis en liberté à cause de la menace que cette statue engendre. Idée originale en tous cas.

5) Le portrait (8 pages)

Un homme, Christian emménage; quoi de plus banal. C'est sans compter sur l'attrait d'un simple tableau. Celui-ci entraînera le malheureux dans une folie destructrice et à sa suite tous les locataires qui succèderont ensuite dans ce logement hanté par une créature maléfique qui pourtant semblait amicale au début. On aborde par ce texte tout le charme des suggestions, par petites touches. J'ai bien apprécié ce ton détaché et si efficace.

6) L'étranger (4 pages)

Texte court mais percutant non pas dans les mots et expressions mais dans la conclusion terrible ! Impeccable !

7) Conte de poivrot (8 pages)

Un des seuls textes SF et à tendance humoristique très bien mené ! À découvrir.

8) Le grand tirage (4 pages)

Texte surprenant et d'une grande qualité que je ne veux pas résumer car il perdrait de sa charge !

9) Les successeurs (7 pages)

Encore un texte à coloration SF, très ironique et complètement barré, dans le bon sens du terme !

10) Les quatre saisons de l'Apocalypse (20 pages)

Quand on est le seul survivant sur Terre, il faut s'organiser. C'est ce que fait le dernier homme d'une matière désenchantée qui contraste avec les récits post-apo habituel.

Texte emprunt d'une poésie qui surprend, s'attardant sur les descriptions de la nature lors du passage des quatre saisons. Celle-ci reprend ses droits et c'est si déconcertant pour l'espèce humaine. Très intéressant témoignage d'un mortel qui ne pourra pas survivre longtemps puisque l'ironie du sort le laisse sans possibilité d'être soigné.

En un mot : achetez ce recueil : il vous réserve des heures de lecture fructueuse. Et en plus la préface d'Artikel Unbekannt donne un éclairage érudit sur l'auteur et ses sources. À la fin une interview en 10 questions précise un peu le projet de l'auteur, Serge Rollet.

Quatrième de couverture

Quatrième de couverture

Partager cet article
Repost0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 18:55
Un salon du livre où vous pouvez me rencontrer ^^

Un salon du livre où vous pouvez me rencontrer ^^

C'est avec une immense fierté que je serai dimanche 5 juin 2016 à Bar Sur Aube pour une journée consacrée au livres, surtout de la BD, du Polar et de la littérature générale en compagnie d'auteurs de la région. Je remercie particulièrement Patrick Drouot, auteur et président de l'association de m'y avoir invitée. ^^

Un article paru dans l'Est-Eclair du 10 mai en rend compte avec ce titre accrocheur : Bar Aux Livres confirme son esprit d'ouverture.

Entrée libre, de 10 h à 18 h...

Article de l'EST ECLAIR du 10 mai 2016

Article de l'EST ECLAIR du 10 mai 2016

Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon
Les ouvrages que je présenterai à ce Salon

Les ouvrages que je présenterai à ce Salon

Partager cet article
Repost0
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 22:36
Otherlands vous convie à cette nouvelle réunion de monstres tapis dans l'ombre d'un sous-bois, démons intérieurs au plus profond de votre crâne, petits insectes rampants et envahissants ou tout simplement quelques personnes mortes récemment mais qui n'ont pas l'intention de vous céder la place tout de suite...

Otherlands vous convie à cette nouvelle réunion de monstres tapis dans l'ombre d'un sous-bois, démons intérieurs au plus profond de votre crâne, petits insectes rampants et envahissants ou tout simplement quelques personnes mortes récemment mais qui n'ont pas l'intention de vous céder la place tout de suite...

Voici le deuxième volume des Créatures. Je n’ai pas lu le premier (lacune à combler au plus vite, je sais…) mais celui-ci mérite largement votre attention.

1) Alienation d’Artikel Unbekannt

Une belle surprise !

Le voyage à bord d’un vaisseau spatial en direction d’une planète inconnue tourne mal. Un seul témoin rend compte de l’accident après un trou noir qui décime une partie de l’équipage… Il choisit de sauver un fœtus humain, de lui donner toutes les chances de se développer. Une catastrophe se prépare.

J’ai adoré cette histoire qui m’a rappelé « Alien », très justement repris dans le titre.

2) Les jumeaux du nouveau monde d’Emmanuel Delporte

Attention : déconseillé aux cœurs mal accrochés… Une sorte de savant fou procède à une expérience morbide. Une malheureuse femme en fait les frais : elle va être confrontée à une créature non seulement hideuse mais aussi très déterminée à satisfaire les vices de l’homme qui la maintient prisonnière. Sa vie ne sera plus jamais comme avant. Texte nihiliste qui fait froid dans le dos pourri d’une certaine humanité dégénérée.

3) Contre nature de Ruwan Aerts

Une autre histoire de savant fou mais il ne l’a pas fait exprès et les victimes se trouvent être des animaux. Son mécène, pour accélérer le processus, a cru bon de modifier les formules destinées aux cobayes dans le dos de son protégé qui découvre les dégâts trop tard. Cette histoire s’inscrit dans le pur style des séries B et c’est assez bluffant.

4) Fuir de Chris B. Honspacq

Scénario assez classique mais remarquablement mis en scène. Quand la pauvre victime n’est vraiment pas à plaindre…

5) Intra-muros de Julien Heylbroeck

Cette fois, place à l’originalité. Le travail d’un chasseur de monstre à Kyoto. Sans effets grandiloquents, Julien H parvient à créer une ambiance surnaturelle très plausible. Merci pour ces 3 pages qui déploient tout un univers proche du merveilleux, des films d’animation de Miyazaki où les créatures côtoient presque naturellement l’environnement réel.

6) Ire réversible de Julien Roturier

Nous sommes plongés dans du post apo, après des radiations provoquant des mutations aux conséquences effroyables et j’aime beaucoup ce genre. Le personnage principal dont la mission est d’inspecter les propriétaires de mines d’extraction d’uranium n’en sortira pas indemne. Là où les apparences sont trompeuses.

7) L’eau à la bouche de Barnett Chevin (sur une idée de Marielle)

En effet, je ne souhaite pas rencontrer l’héroïne de cette histoire ! Une enfance difficile, enfermée et maltraitée par ses parents : ça commence mal pour elle. On se demande pourquoi la famille est recluse à l’écart des autres villageois. Puis on comprend qu’il vaut mieux ! L’amoureux de cette jeune fille, qui a réussi à s’échapper semble plus à plaindre que le lecteur…

8) Bou-Bou by night de Loïc Lendemaine

Héroïne un peu cousine de Faustine de la précédente histoire (la fin du texte de Barnett). Sauf que pour elle, il s’agisse d’un plaisir et pas d’une contrainte. Le bois de Boulogne offre de tout à ceux qui cherchent des frissons. L’arroseur arrosé.

9) La malle au fond des bois de Richard Ely

Le testament d’un riche héritier nous plonge dans la folie alors qu’au tout début il commençait une collection d’objets insolites qu’il découvrait au gré des déballages. Ces trésors arrivaient par colis ou malles fermées. L’une d’elle le pousse à des actes dictés par la terreur.

10) On l’appelait Sombra de Barbara Cordier

Jessica, une jeune femme un peu paumée prend ses désirs pour la réalité. Elle soigne son look pour ressembler aux créatures qu’elle vénère, vampires, démons, en espérant en attirer une. La rencontre d’un beau ténébreux dépassera ses espérances les plus folles !

Une idée qui sort de l’ordinaire servie par une écriture impeccable. En filigrane, une peinture d’une certaine jeunesse adepte des prises de risques.

11) Malakh de Rachel Rostalski

Récit post-apo qui met en scène un monde décadent et violent où se traînent des créatures éthérées. Elles semblent assurer la sécurité à leurs risques et périls. L’une d’elle a déjà vécu 300 ans. D’habitude rien n’arrive de terrible pour eux sauf ce matin-là. À lire le cœur grand ouvert.

12) Sorcière de Dean Venetza

Belle histoire d’amour autour de créatures imaginaires rédemptrices. Au départ, un pacte de 7 ans de crimes lie Srenwen, amoureux éperdu. C’est à la fois par vengeance et pour retrouver celle qu’il aime. Un chat mystérieux le guide. Les conditions du pacte sont bien évidemment truquées. Texte très poétique.

13) Edgar et les cancrelats de Teddy Wadble

Deuxième texte que je lis de cet auteur et j’ai apprécié cette vision du monstre qui vient plus de l’intérieur de nous-mêmes que de l’extérieur. Belle métaphore. Personnage odieux à souhait. Sans effets appuyés, l’auteur réussit une description très juste d’un pauvre type asocial devenant un monstre parfait sous une forme grouillante.

14) Un repas en amoureux de Dola Rosselet

Un thème peu original mais présenté d’une manière sensuelle sur 2 pages intenses. Sensations fortes garanties.

15) Là où l’herbe est tendre de Jérôme Baronheid

Lorsque la nature a déclaré la guerre à l’homme, rien ne va plus. Un groupe de volontaires dont un runographe, une scientifique, un Guide initié au projet se retrouve parcourir une forêt meurtrière. Elle est une entité vivante et lance ses pièges foudroyants. Pourtant, elle leur laisse la possibilité d’admirer une de ces dernières créations…

Texte émouvant sur la nature humaine pleine de contradictions, de méfiances face à une entité végétale beaucoup plus sympathique finalement.

*

Mes nouvelles préférées sont : Aliénation, Intra-Muros, Edgar et les cancrelats, Là où l’herbe est tendre. Mais toutes méritent le détour !

LIEN :

http://www.lulu.com/fr/fr/shop/lo%C3%AFc-lendemaine-and-teddy-wadble-and-artikel-unbekannt-and-chris-b-honspacq/cr%C3%A9atures-des-otherlands-volume-2/paperback/product-22520931.html

Otherlands Créatures 2
Partager cet article
Repost0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 15:00
Otherlands By Gaslight

The Otherlands By Gaslight

Genre : fantastique sombre pour adultes

« Bienvenue dans un dix-neuvième siècle étonnant, entre sciences et développements technologiques, mais où se cachent aussi monstres tapis dans l'ombre, adeptes des sciences occultes et hommes avides de puissance... 14 nouvelles inédites par 14 nouveaux talents de la scène SFF francophone, pour redécouvrir un autre XIXe siècle. »

Un chouette recueil que j’ai aimé parcourir. Je vais détailler un peu les 14 nouvelles que vous pourrez lire dans le cas où vous déciderez d’acheter ce livre pour la modique somme de 9,40 € (sans les frais de port) Lien : http://www.lulu.com/shop/tim-corey-and-barnett-chevin-and-emmanuel-delporte-and-florence-barrier/otherlands-by-gaslight/paperback/product-22514674.html

1) Ripperrology de Tim Corey

Monologue d’un journaliste et d’un tueur qui s’imbriquent au fur et à mesure des pages. Le premier s’interroge sur sa légitimité à couvrir les crimes effroyables d’un certain Jack The Ripper. Le deuxième suit apparemment Jack et croit devoir s’acharner sur les femmes prostituées pour le bien de l’humanité. Il consigne ses actes sous forme de lettres et s’adresse à une de ses amantes.

Cette histoire donne un éclairage original sur cette affaire du tueur célèbre, Jack ou « Tablier de cuir ». L’enquêteur / journaliste aura l’occasion de coincer le fameux tueur mais on assiste à un retournement de situation lorsqu’il se saisit du carnet appartenant à l’inconnu qui termine le boulot de Jack (si j’ai bien tout compris car c’est assez complexe). Il lit ses notes et comprend ce qui lui reste à faire. Cela a à voir avec cette question : qu’y a-t-il dans le ventre des prostitués ?

La fin est surprenante.

2) Metropolitain de Barnett Chevin

Il semblerait que sous nos pieds (si l’on est à Paris) au fond des catacombes, un autre monde attend son heure pour se répandre à la lumière du jour. Ce que va vivre le personnage de cette nouvelle, Louis Mandrin et ses compagnons lors des travaux du futur Métropolitain restera une expérience de non-retour. Que j’ai eu quand même du mal à croire plausible mais nous sommes en plein fantastique, il est vrai. Un texte dense qui ne laisse aucune échappatoire.

3) Chasseur de monstres d’Emmanuel Delporte

Emmanuel, tu as inventé un vrai personnage fort et attachant. Il claque Ezequiel !

Ses aventures dans le Londres de 1835 valent le détour. Je ne me suis pas ennuyée une seconde. D’autres personnages haut en couleur croisent son chemin comme Nancy, Fagin… Merci pour ce pur moment de lecture.

4) Ernest de Florence Barbier

Encore un beau texte qui se trouve être la correspondance d’un nouvel arrivant dans la capitale. Il s’extasie des découvertes, s’étonne que l’on puisse croire aux fantômes et autres mystères. Son journal relate son quotidien si différent de celui qu’il a quitté sans regrets. Il s’adresse à son frère qu’il a laissé. On comprend qu’il regrette qu’il ne soit pas associé au progrès de ce début du XIX ème. Petit à petit, on découvre ce personnage qui se révélera différent de que l’on croyait. Il souffre d’un mal étrange… Florence a un don certain pour restituer des ambiances à double sens.

Une documentation fournie sert cette nouvelle tout en finesse. L’ensemble est néanmoins peu fantastique mais très riche.

5) Le diamant Hope de Menerahn

L’histoire se construit autour d’un duo de choc : une sorcière, Séraphine et son compagnon, un peu voyant, Claudius. Leur mission, ramener (ou plutôt voler) un diamant prestigieux s’avère plus dangereuse que prévue. Ils honorent le contrat de leur riche cliente malgré des dangers. La fin surprend, ce qui est plutôt agréable.

Dommage que le mot « wondolingueur » soit resté (d’un précèdent concours steampunk). Sinon l’histoire est trépidante. J’ai bien aimé le rythme soutenu.

6) Morrefaction de Frédéric Livyns

Le sujet de cette histoire m’a rempli d’horreur. Le personnage Henry Dackson pris au piège et les goules esclaves font pitié. Tout commence par un petit grain de sable. Henry ne rentre pas chez lui comme prévu. Il finit dans les bras d’une créature pas si agréable que son apparence laisse supposer. Et le voilà, obligé de suivre à la lettre le plan bien huilé d’un homme diabolique. Bravo pour ce moment de pur frisson.

7) Opiums, Talismans et Petits Chats de Dean Venetza

Curieux parti-pris d’un vampire qui invite des chasseurs de vampires pour un jeu ressemblant à celui du chat et de la souris. Mais il y a semble-t-il plusieurs chats. Ça se corse. Qui l’emportera ? J’ai apprécié certaines images fortes et des personnages bien campés. De la belle écriture.

8) Au loin Big Ben sonne minuit de Marco Skoff

Je ne connaissais pas cet auteur et j’ai été agréablement surprise. L’histoire qu’il nous propose est intrigante et je me suis laissée menée par le bout du nez. Ce Benjamin est bien imprudent de prolonger sa promenade au-delà du raisonnable, c’est à dire minuit, l’heure des crimes d’un certain Jack L’éventreur. Pourtant, il presse le pas car a femme l’attend. Sa panique l’entraîne où il ne faut pas. Tout bascule à l’arrivée d’une carriole.

Je salue le bel exercice d’écriture qui m’a emmenée loin des frontières de notre monde réel. Envoûtant.

9) Une pièce scandaleuse de Barbara Cordier

J’ai bien apprécié de marcher dans les pas de cet auteur maudit, Félicien qui tente de comprendre de quelle manière il en est arrivé là, à cause d’un mauvais concours de circonstance. Il n’aurait bien sûr pas dû succomber aux charmes de cette belle actrice, Milena, d’une part et lui écrire une pièce qui la révélera dans toute sa terrible vérité d’autre part. Bien mal lui a pris de croire en elle. Milena l’entraînera trop loin… beaucoup trop loin. Mêler la mythologie au fantastique est très fort. Le texte coule tout seul. Je suis admirative.

10) Passé décomposé de Ruwan Aerts

Comment un pauvre journaliste devient la proie d’une machination odieuse. Son ami qui travaille pour un riche industriel l’invite dans son pays et lui présente sa corporation. Celle-ci œuvre à éliminer des genres de goules mais en fait il ne s’agit que d’un piège. Il n’est qu’un appât. La toile de fond, cauchemars, créatures maléfiques, scientifique fou marche à merveille. Voilà une histoire tortueuse à souhait.

11) Un portrait dans le noir de Jérôme Baronheid

Je suis surprise de trouver ce texte dans un spécial XIX ème car il pourrait se passer à n’importe quelle époque. Il s’agit d’une confrontation malheureuse, au bord de la folie avec soi-même si j’ai bien compris la fin (mais je ne crois pas que ce soit exactement ça). Ne pas chercher d’explications plausibles. Il n’y en a pas.

12) Plans biaisés de Jean-Paul Raymond

Rencontres du troisième type où le temps et l’espace se distordent au gré des rencontres de chacun des personnages énigmatiques. Qui est qui ? Perte de repères total garanti. L’écriture m’est apparue très bizarre par moment puis finalement je m’y suis faite. Les dialogues ne me semblent pas naturels mais après le point final, je comprends mieux pourquoi (apparitions éphémères, irréelles peut-être). L’ensemble fait assez penser à une pièce de théâtre et reste très original. En filagramme, Jack l’éventreur et les prostitués.

13) Putréfaction de Georges B. Zotiades

Nous voilà partis à côtoyer un inspecteur, Eugène Gisquet chargé d’élucider un mystère : le 5 ème crime, un des plus atroces d’une longue série. Un carnet écrit par la victime précédente le guide vers une découverte pour le moins surprenante et l’amène devant l’incroyable. Un rendez-vous avec la grande histoire dont je me souviendrai longtemps.

14) Un plat que se mange froid d’Antoine Leblanc

Texte court mais efficace. Désabusé, un combattant japonais (Tezuka) se retrouve dans un temple où dort un démon. Il hésite à le réveiller. La fin réserve une surprise amusante.

*

Je recommande la lecture de tous les textes de ce recueil pour vous forger votre propre opinion.

Otherlands By Gaslight
Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 19:34
! Jeune autrice voulant écrire encore plus pour notre plaisir !

! Jeune autrice voulant écrire encore plus pour notre plaisir !

Voici le début de sa présentation sur Tipeee ​(On ne peut que la suivre les yeux fermés)

Sous ce masque oiseux se cache une autrice (oui, oui, autrice, votre correcteur d'orthographe confirmera) qui se fait appeler Nelly Chadour. Quadragénaire en crise d'adolescence perpétuelle, j'écris des romans et des nouvelles fantastiques par obligation sanitaire : si aucun mot n'est couché sur le papier, les images vives de mes récits en devenir dégueulent de partout à travers ma bouche et il faut tout nettoyer. C'est ce qu'on appelle une imagination débordante.

J'invente des histoires horribles ou palpitantes depuis que je sais tenir un crayon. D'abord sous forme de dessins, car n'étant pas un génie précoce, il fallait trouver un substitut à l'écriture, et l'alphabet sumérien était déjà pris, puis j'ai noirci mes cahiers d'écolière, mes journaux intimes, des morceaux de PQ, bref, tout ce qui pouvait supporter l'inondation d'encre et d'images qui se déverse en permanence.

Depuis 2011, des éditeurs intéressés par mon dégueulis scriptural m'ont donné l'opportunité de pondre une douzaine de nouvelles et quatre romans. Ces derniers ont pour titre les Aventures de Diane d'Aventin 1 & 2, Sibilla et Sous la Peau. Je participe également à la Fabrique de Littérature Microscopique, aimable récréation et usine à micronouvelles chtarbées. Les projets continuent, le flot est intarissable, surtout grâce à l'accueil positif des lecteurs. Rien que pour cela, je leur suis redevable ! Quelques personnes auront sans doute déjà lu les deux premiers volumes des aventures de Diane. Le troisième est sur la table d'opération, à se faire écrire et encrer. Cette gestation, nous allons la suivre ensemble.

SOUTENIR NELLY CHADOUR ou PLUMITIVE PUNITIVE
Partager cet article
Repost0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 22:05
Recueil de 12 nouvelles fantastiques noirs

Recueil de 12 nouvelles fantastiques noirs

Aux douze coups de minuit

Ce recueil de 12 textes donne vraiment la chair de poule !

Le premier « La cave » de 5 pages restera dans les mémoires. On assiste en direct à la dépravation d’un homme que l’on ne plaindra pas lorsque l’on  aura appris (avec une répulsion grandissante) ce qu’il semble avoir fait à sa famille. Il faut le lire pour le croire et Emmanuel ne ménage pas sa plume qu’il trempe dans le vitriol à chaque instant...  Il n’y a jamais de moments creux. La tension court tout du long de ses nouvelles.

« La chance des uns », un texte de 5 pages aussi, réserve une surprise de taille à la fin, alors que tout le début donne à penser que le personnage, enfermé on ne sait où, a abandonné l’idée de liberté préférant même sa condition à un hypothétique avenir meilleur. Très bonne construction savante qui m’a arraché quelques larmes : pauvre de lui ! Cet auteur est d’un sadisme !

« Les reflets brisés » est un pur délire promettant que les rumeurs ne sont pas à prendre à la légère. Les deux jeunes amies paieront cher leur pari de braver les interdictions d’entrer à l’intérieur de la verrue, sale bicoque ensorcelée... On s’attend bien sûr au pire et c’est peu de le dire ! Un vrai piège infernal !  

« Le portrait » variante du tableau diabolique qui entraîne son auteur aux confins de la folie. Très éprouvante descente dans les enfers de l’amour aussi...

« Baby sisters » qui utilise le thème de la baby-sitter jusqu’à des développements inattendus, flirtant avec le fantastique dérangeant. La pellicule ensorcelée serait un bon titre aussi...Naylis n’avait qu’à bien se tenir aussi, quelle débauchée cette fille !

« De vieux souvenirs » nous conte les mésaventures d’un père, malade et de son fils peu bavard, plutôt asocial... Finalement la propriété que le père achète, insalubre, austère devait leur faire prendre un nouveau départ... C’était sans compter sur M. Delporte qui préféra les confronter à l’esprit maléfique de l’ancien propriétaire des lieux, photographe disparu sans laisser de traces... Enfin, presque ! Vous saurez pourquoi en lisant ces pages ! 

« Diplopie » montre Franck Rice visiblement très perturbé, au point de jouer deux personnages à lui tout seul. Belle démonstration d’une montée en puissance d’un dédoublement de personnalité ! Tout cela est-il bien réel ? L’auteur nous embrouille et s’en délecte...

« Impasse » ou l’art de tourner en rond et même de ne plus savoir si l’on est vivant ou mort. Terrible histoire en fait.

« Amnésie » d’une facture différente, moins cruelle pour la race humaine si détestable, plus ésotérique, je dirai.

Aléna passe par des changements inconfortables, voire monstrueux pour revenir à son état normal. Que de péripéties ! Ezequiel Derleth que l’on suit dans son boulot de surveiller les réincarnations d’une Lamia, sorte de personnification du mal, devra faire preuve de courage face à cette créature sortie des enfers et prête à répandre son venin partout. Le pire c’est qu’elle n’est pas seule à hanter les souterrains d’un petit village breton (ou ailleurs) et que ce genre de monstre s’empare des êtres qui touchent un de leurs artéfacts, une simple boule brillante par exemple ramassée par terre ! Notre chasseur peut continuer à les traquer pour notre plus grand plaisir... Je réclame la suite de ses aventures !

« NRBC » : climat post-apocalyptique comme j’aime. Le danger d’utiliser une tablette numérique... Pour aider sa fille à s’exprimer après le traumatisme du décès de sa mère, le père lui offre cette tablette mais c’est interdit ! On suit au travers du journal de Lynette les problèmes des rescapés... jusqu’à l’inévitable !

« Les larmes amères » ou l’obsession de faire du fric à n’importe quel prix est à son paroxysme. Cynisme du patron et d’une chef d’équipe bien décidée à accroître les rendements de leur entreprise : ces « larmes » récoltées d’une manière effroyable en faisant vivre des cauchemars ininterrompus aux enfants enlevés par leur soin permettent au plus riches d’échapper à un nouveau virus, créateur de déglingueurs... La vie des autres n’est rien : triste conclusion.

« Un jeu dangereux » : l’arroseur arrosé. Texte efficace avec une montée en puissance lors du fameux jeu. Là, je ne m’attendais pas du tout à ce retournement. Bravo !

J’encourage tout le monde à acheter et lire ces 12 petites histoires macabres qui toutes se terminent mal ou presque (ça dépend pour qui)!

 

 

 

 

LES DOUZE COUPS DE MINUIT d'Emmanuel Delporte chez Otherlands
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche