Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 16:49
Thriller sorti le 14 avril 2017, Sema'Isain. Couverture de Floating Fantask

Thriller sorti le 14 avril 2017, Sema'Isain. Couverture de Floating Fantask

Le miroir du damné

Auteur J.B. Leblanc et Frédéric Livyns

Couverture : par Floating Fantask

On entre dans ce thriller par un prologue présentant un personnage clé de l’histoire : Lucy, ce qui m’a de suite accrochée. On veut en savoir plus, sur le pourquoi de son état et de son angoisse… Et sur ce miroir que libérerait, on ne sait pas trop quoi à ce stade. J’aime beaucoup cette entrée en matière.

Ensuite on passe à un autre personnage, Alain qui sera une des premières victimes d’une sorte de malédiction s’abattant sur Tarsac. Mais le fait d’avoir en tête le prologue m’a fait comprendre (ainsi que le dessin de couverture) que le miroir y est pour quelque chose. Donc, je me suis intéressée beaucoup plus à la psychologie des personnages encore vivants car bien vite ils nous quittent dans d’affreuses souffrances ! Ils sont tous très bien campés et ont tous des priorités liées à leur fonction pour le policier principal, en charge du dossier - Gérald Courtas ou le maire et chef de la police du village, Martin Fabre - ou bien liées à leur histoire personnelle.

Tout se met en place progressivement, un peu trop lentement à mon goût car les chapitres découpés en zoom sur les protagonistes donnent parfois des informations répétitives. Il y a Kalvyn, pièce maîtresse, venu spécialement s’occuper de l’enterrement de son père car il est le seul « survivant » de la famille. Il s’interroge sur les circonstances de ce décès puisqu’on lui refuse l’ouverture du cercueil. Il est persuadé qu’on lui cache des choses et en effet ! Par son regard et ses actions, on découvre Tarsac et son climat difficile à supporter, déjà par les tensions entre les habitants, puis par l’histoire de crimes antérieurs commis par un certain « réducteur » dont on fera la connaissance dans les chapitres suivants à plusieurs reprises et pour finir à cause de la chaleur insupportable qui y règne.

502 pages où l’on ne s’ennuie pas et où je guettais le moment de bascule vers l’innommable. Je n’ai pas été déçue ! Les derniers chapitres sont très réussis de ce côté-là !

Je ne dévoilerai pas le dénouement à la hauteur logique de ce qui est suggéré tout au long du livre. Vraiment, je salue l’imagination, la faculté de transcrire des émotions et descriptions prenantes des auteurs. Du bon boulot.

Le résumé par Sema Éditions :

« Au cœur du massif des Maures, le petit village de Tarsac est le cadre de meurtres sauvages qui font ressurgir la peur et la paranoïa.

Qui est cet assassin particulièrement retors qui ne laisse aucune trace et semble connaître parfaitement ses victimes ?

C’est ce que devront découvrir le lieutenant Courtas du SRPJ de Toulon et Martin Fabre, le chef de la police municipale. Cette enquête les confrontera à des croyances révolues sur fond de sorcellerie et à un étrange miroir qui semble être le cœur de l’énigme.

Mais, dans cette cuvette infernale écrasée par la chaleur, les morts se succèdent à un rythme effréné, et le temps leur manque… »

Pour l'acheter : http://www.sema-diffusion.com/editions/le-miroir-du-damne/

 

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 12:56
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...
Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...

Avec Otherlands, Les Occultés, Les lithaniennes, Bar aux livres...

DEDICACES 2017

Chers amis, lecteurs et futurs lecteurs, je vous livre mes dates et lieux de dédicaces à venir. Vous pourrez venir me rencontrer ainsi que d’autres auteurs ici :

1) Les 7 et 8 mai 2017 toute la journée sur le stand d’Otherlands au SALON DU FANTASTIQUE à PARIS qui débute le 6 mai au 40 av de la Porte de la Villette 75019 Entrée gratuite pour les costumés (Thème : les monstres) ou 10 € sur place. J’ai quelques places gratuites pour ceux qui me le demanderont (en MP, me mettre un numéro de tél sur ma page facebook, le piano maléfique et je vous appellerai : http://www.facebook.com/Le-piano-maléfique-page-auteur--116958348386776/?ref=ts&fref=ts&qsefr=1).

Page du salon :  http://www.facebook.com/SalonFantastique/?fref=ts

Avec OTHERLANDS : http://welcometootherlands.wixsite.com/otherlands

 

2) Le 27 et 28 mai 2017 toute la journée sur le stand des éditions Les Occultés : BLOODY WEEK-END à Audincourt (du 26 au 28) Rue de la Filature 25 400 Audincourt. Entrée à partir de 5 €, gratuit moins de 10 ans. Film d’horreur, concours de cosplay. Tenue de personnages horrifiques recommandée.

Page du salon : http://www.facebook.com/www.bloodyweekend.fr/?fref=ts

Avec LES OCCULTES : http://lesoccultes.com/

 

3) le 4 juin 2017 de 10 h à 18 h BAR AUX LIVRES à Bar sur Aube avec mes livres et recueils collectifs, 10200 Bar sur Aube. Entrée gratuite. Littérature générale, BD, polar, jeunesse, histoire et patrimoine

Page : http://fr-fr.facebook.com/Barauxlivres/

 

4) les 1 et 2 juillet 2017 toute la journée : LES LITHANIENNES à Varzy, Parc du Château 58210 avec mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom dans la collection Farfadet, éditions Evidence : http://www.facebook.com/CollectionFarfadet/?fref=ts).

Page du festival :

http://www.facebook.com/LesLithaniennes/?fref=ts

Entrée gratuite. Salon axé sur le thème des sorcières. Venir costumés.

 

5) Le 22 et 23 juillet 2017 : Le DORMANTASTIQUE à Dormans, Château de Dormans, 51700, Marne. J’amènerai mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom (dans la collection Farfadet, éditions Evidence). Entrée gratuite.

Page du salon :

http://www.facebook.com/groups/399561500202095/?fref=ts

 

6) le 6 août : JULLY, 89160 au château. 6ème Fête du livre. J’amènerai mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom (dans la collection Farfadet, éditions Evidence). Entrée gratuite.

 

7) Du 11 au 13 août : PROVINS, CONTES ET LÉGENDES À LA FERME, 5 Chapelle Saint Jean, 77 160 (Ferme du Châtel chez M.et Mme LEBEL. J’amènerai mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom (dans la collection Farfadet, éditions Evidence). Entrée libre. Marché féérique.

Page du salon : http://www.facebook.com/contesetlegendes77/

 

8) 8 à 10 septembre 2017 : Festival des IMAGINAIRES à Tonnerre, 89 700. J’amènerai mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom (dans la collection Farfadet, éditions Evidence. Entrée : 11 € les 3 jours, réduit à 8 € pour les visiteurs costumés. Gratuit enfants de – de 12 ans. Nombreuses animations et spectacles divers autour.

Page du salon : http://www.facebook.com/groups/1805659789696022/?fref=ts ou : http://www.facebook.com/TonnerreFactory/

 

9) le 15 octobre : peut-être MIGENNES (à confirmer)

 

10) le 22 octobre à TROYES, 10000, au Bar Associatif, Expression Libre, 33 avenue Marie de Champagne avec des auteurs locaux. Plus de détails à venir. Entrée Gratuite, mais commander des boissons serait sympa pour les patrons du bar 😉 http://www.facebook.com/BarAssociatifExpressionLibreTroyes/?fref=ts

 

11) les 28 et 29 octobre, SENS Salon des MOTS SEN[S]VOLENT, 2 rue Henri Cavalier, Salle Harmonie 89100. J’amènerai mes livres, recueils collectifs, plus un roman jeunesse à mon nom (dans la collection Farfadet, éditions Evidence). Entrée gratuite. Nombreuses animations. Salon généraliste.

Site de l'association : http://lesmotssensvolent.e-monsite.com/

 

 

 

 

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 17:07
Couverture magnifique (réalisée par Martine Provost) du recueil de Gabriel Arlys "Immortalité en papier" chez BOZ'DODOR

Couverture magnifique (réalisée par Martine Provost) du recueil de Gabriel Arlys "Immortalité en papier" chez BOZ'DODOR

J’ai accepté un partenariat, pour l’instant occasionnel, avec la maison d’édition Boz’Dodor qui proposait ce titre : « Immortalité en papier » de Gabriel Arlys en SP format ebook.

L’occasion de découvrir un nouvel auteur est toujours source d’enrichissement, alors je n’ai pas hésité malgré quelques désagréments à ouvrir certains fichiers numériques d’une certaine maison d’édition… Calibre a bien voulu me livrer les textes en bon français et pas en hiéroglyphes ou en signes incompréhensibles !!! Ouf !

Le fil conducteur de ce recueil de nouvelles, l’immortalité, donne à réfléchir. Est-ce folie de vouloir à tout prix vivre éternellement ? On verra que parfois, oui !

À travers 4 nouvelles, le lecteur va rencontrer différents personnages, victimes de ce rêve d’immortalité ou l’ayant subi…

 

Dans la première « La mère aux cheveux-racines », il s’agit pour Johan, un explorateur, de trouver le moyen de le devenir. La légende de Bellinza l’obsède. Il a réuni beaucoup de documentations, fait preuve d’intelligence avec la nature pour plaire à cette créature fantasmée ou réelle, la mère / mer aux cheveux-racines qui pourrait lui montrer le chemin. Est-ce bien raisonnable ?

Son accompagnateur dans la forêt amazonienne, en Guyane, Charles Do, le mènera dans sa quête d’aboutir à être un shaman immortel, mais… Là, je ne peux en dire plus sous peine de spolier. Le voyage vaut le coup (figuré et bien réel de lecteur) car cet auteur possède de solides connaissances scientifiques, ayant étudié pour devenir docteur en Sciences de la vie. Il m’a entraîné à observer la faune et la flore sous un jour nouveau pour moi : avec un regard de spécialiste. Belle vision de ces rainettes de la Canopie ou de ces papillons morphos. Cette façon de décrire minutieusement la nature environnante m’a tout de même sortie de l’action. En général, j’aime mieux lire des histoires à suspens ou plus violentes. La scène où le guide, Charles DO ne s’arrête pas pour secourir un blessé m’est apparue sordide et non justifiée puisqu’ensuite on passe à autre chose sans avoir la réponse d’ailleurs au pourquoi de ce manque d’empathie. D’accord quand on connait la fin, on peut deviner… Mais bon, c’est limite.

Pour conclure, le cadre doucereux très bien restitué et le parcours de l’apprenti shaman devant survivre en pleine forêt tropicale pendant un mois ne m’a pas enthousiasmée plus que ça, à part la chute excellente (mais que j’avais tout de même devinée au milieu lors du test du pistolet ADN). L’idée pourtant très belle et l’écriture précise donnent une nouvelle intéressante qui m’a bien fait rêver.

La deuxième « La clinique des champs » m’a angoissée car l’interrogation du monsieur, Robert Priatkov venu prendre des nouvelles d’Armanda, sa sœur hospitalisée en clinique n’aboutit pas à des réponses honnêtes de la part de son interlocuteur, le docteur Grangier. Ce dernier n’a pas de temps à lui consacrer et le renvoie vers d’autres personnes ne sachant pas pourquoi celle-ci est plongée dans le coma. Sa colère semble tout de même forcée quand on sait que sa sœur vient souvent dans cet établissement privé pour des traitements contre la vieillesse. Elle n’a, à près tout, que ce qu’elle mérite ! Je n’ai pas été très sensible à l’enjeu mais j’ai apprécié la scène finale où un implant contre-nature transforme la patiente en… Stop, je ne peux préciser… Beaucoup de termes techniques là aussi, nécessaires, qui m’ont fait perdre le fil donnant une structure bancale mi SF, mi fantastique. J’ai apprécié ma lecture ne m’attendant pas à cette fin ^^

La troisième et ma préférée : « Mutants lunaires » pose le problème des manipulations génétiques à un niveau SF car impossible d’envisager ces modifications dans un avenir proche. Les échanges entre le présentateur, Colin Maillard (beau jeu de mot), mufle sur les bords et la présentatrice, Sandra, m’ont bien divertie. Les dialogues rythment agréablement l’action, un jeu de découverte de ces mutants basés sur la lune, terrain de scientifiques fous pris à leur propre piège. J’aime beaucoup ce concept. Tout commence avec la chasse au Pt77 par Olivier, un candidat qui doit le trouver. Problème, il est invisible ! Beaucoup d’humour dans cette nouvelle que j’ai totalement aimée.

 

La quatrième « Immortalité en papier » est en fait en plusieurs parties et je ne pourrais pas en parler à part que je n’ai pas trop accroché car les descriptions prennent une place importante et ne sont là que pour révéler un personnage historique ou autre fait marquant d’aujourd’hui. Une façon de procéder originale, je dois dire. La forme parfaite n’empêche pas que le fond me soit apparu peu concluant sauf pour la dernière rédigée avec un ton différent qui la rend savoureuse et en même temps terrible.

 

Allez-y procurez-vous ce recueil, il vous apportera bien des surprises. On sent la formation scientifique de l'auteur et j'ai apprécié les détails techniques à certains moments ; moins à d'autres. Dans l'ensemble, ce fut une belle découverte.

Voici le lien de la maison d'édition :

Facebook :

http://www.facebook.com/pg/editionsBozDodor/about/?ref=page_internal

Vers l'achat du recueil :

http://store4324017.ecwid.com/#!/Immortalité-en-papier/c/20237875/offset=0&sort=normal

Site : http://www.editions-bozdodor.com/

 

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 13:33
La geuerre éclair période 1939 1945 illustration : Three tanks in the rain forest, Dr Evil, Istockphoto
La geuerre éclair période 1939 1945 illustration : Three tanks in the rain forest, Dr Evil, Istockphoto

La geuerre éclair période 1939 1945 illustration : Three tanks in the rain forest, Dr Evil, Istockphoto

Khésako... Une Antho sur une période honnie, la guerre de 39 / 45 avec en ligne de mire : les nazis, et toutes les horreurs des camps, en passant par les représailles et tortures dont on ne connaît que la partie immergée de l'iceberg.

Des dossiers secrets ont été tirés des limbes du temps et des cerveaux féconds de 13 auteurs, adeptes du genre fantastique noir, voire sanglant. Âmes sensibles s'abstenir, quoique quelques textes sont plutôt moins pires que d'autres, tel "Amnésie" de Lily Rose, le mien "Wagons de l'Enfer" ( même si le titre dit le contraire), "Homonculus" de Christophe Tréfeu, celui de Billie Colin "Incursion", de Vendarion d'Orépée "La dame écarlate" et celui de Sylvain Lamur "Un seul homme..."

La première nouvelle, d'Emmanuel Delporte "Dunkelheit" fait remonter à la surface, une légende d'un village, en pleine forêt de Hürtgen, qui résiste à toutes tentatives de sujétion. Du côté allemand, il s'agit de récupérer un élément déterminant pour gagner la guerre en désespoir de cause (car c'est mal engagé pour les nazis) et du côté allié, une troupe de soldats américains commandés par le lieutenant Somerset, il s'agit de prendre d'assaut ce village paumé "l'antre de la sorcière". Quelle est la vraie mission des deux camps ? Histoire palpitante, très bien écrite où rôde le mal dans toute son horreur. Personne ne gagne contre le mal absolu.

(Inspirée de "La forteresse noire" et de "Les douze salopards").

La deuxième "Wagon de l'enfer" a été inspirée d'une partie de la vie de mon père, obligé de quitter le domicile familial, seul à 14 ans, en vélo, car ses parents et son frère aîné ne l'avaient pas attendu...

3 . Amnésie  de Lily Rose, jeune auteure de 20 ans, nous emmène aux frontières du paranormal et du médical en la personne de Karsten Hildebrand, amnésique. On suit son parcours avec anxiété pour comprendre d'où il vient, pourquoi il ne se souvient de rien... il est juste très bon combattant. La fin est surprenante. Nouvelle très originale.    

4. Homonculus  de Christophe Tréfeu : où un vieil homme juif se jouera de l'officier supérieur d'un camp de la mort. L'ordre de Thulé existe, Christophe l'a rencontré. Cette nouvelle m'a plu grâce à la façon de présenter l'âme juive presque pure face aux esprits malades qui se projettent dans la propagande nazie. La joute orale entre deux conceptions du monde, celle d'un rabbin sorcier et d'un SS aux propos fourbes est très jouissive. Un seul résiste et les autres suivent. Belle morale en plus.  

5. Démon d'acier de Ruwan Aerts, inspirée des tanks monstrueusement destructeurs de la dernière guerre avec un soupçon de "Christine" de Stephen King et de l'incroyable histoire de Joseph Mengele. J'ai vraiment été transportée dans un autre monde pendant ma lecture et je pense que vous aimerez aussi le découpage ingénieux entre présent et passé.

6. Ultima Thulé de Patrice Quélard.  Rudolf Hess est le héros de cette histoire, menée d'Écosse jusqu'en Pologne dans les laboratoires infâmes aux expériences avilissantes sur des prisonniers et enfin à Berlin, dans la prison de Hess. Était-il un surhomme ?

7. Stalag 61  de Amriat Jeanneret. Comment des femmes juives, prisonnières dans un baraquement, destinées au plaisir des officiers nazis, vont-elles survivre à de pareils traitements ? Personnages forts auxquels on s'attache et malédictions font bon ménage. Tout ne rentrera pas dans l'ordre; il y aura une légère différence entre les jeunes femmes survivantes et leur ancienne personnalité. J'ai apprécié ma lecture.

8. Die AbwartSSpiräle  de Patrick Godard n'est pas facile. Son point de vue, au cœur du processus nazi d'élimination radicale par le gaz provoque du dégoût envers les agissements des SS, en charge des camps d'extermination et de la solution finale; ce qui est voulu et bien géré par l'écriture viscérale de Patrick. On est aussi dans la tête d'un médecin sadique qui veut savoir pourquoi ce prisonnier résiste aux gaz...Édifiant ! Bravo pour cette fin aussi !    

9. La dame écarlate  de Vendarion D'Orépée. Très belle histoire aux confins des légendes à base de sorcellerie et de mondes engloutis, comme l'Atlantide. La collaboration d'un sorcier avec des militaires nazis embarqués dans un sous-marin promet de nombreuses surprises et retournements. Parfois, je m'y perdais... Mais la morale est sauve.

10. Un seul homme...  de Sylvain Lamur. Un vrai plaisir que ce jeu entre un surdoué, inventeur d'une sorte de machine à remonter le temps et le narrateur, qui l'a sauvé d'un chien hargneux... Qui finira mal bien sûr. Là, point de descriptions sanglantes, de tortures explicites... Par contre tout est dans les impressions du narrateur lorsqu'il croise le regard d'un nazi qui le prendra en chasse. Glaciales !

L'auteur emprunte les chemins de la distorsion du temps, du retour vers le passé au travers de portes pour nous interroger sur la notion de crime contre l'humanité et aussi la naïveté de croire que l'on peut sauver des êtres englués dans une dimension différente de la nôtre. Jeu de vilain en fait sous couvert de volonté de sauver des juifs ou prisonniers des camps de concentration. Vertigineux !   

11. Comme un hurlement silencieux de Danny Mienski. L'idée de commencer par un rendez-vous entre une espionne "La Chouette" et un certain Hartwig, en Belgique ne m'a pas posé de problème au début, mais ensuite je me suis demandée pourquoi...La suite nous entraîne sur un Panzer, en plein désert de Lybie, en compagnie de Werner et de ses soldats allemands, désirant encercler des chars américains...Puis sa mission personnelle achevée, il est envoyé par son supérieur en France où il assistera impuissant à l'envahissement des côtes normandes par des créatures invoquées par les alliés, se servant de forces occultes. Je n'ai pas été conquise par cette histoire, n'ayant pas compris le rôle de Hartwig. Elle est pourtant impeccablement bien écrite. 

12. Incursion  de Billie Colin. Cette histoire d'un rescapé des camps est émouvante, sans passages revanchards, au contraire l'attitude bienveillante de cet homme seul contre la barbarie atténue l'horreur de ce qu'il vit. On comprend mieux pourquoi à la fin. Jolie pirouette.  

13. Ubermensch Projekt  de Simon Boutreux. Les souvenirs de son grand-père incarcéré dans un de ces camps dont on ne réchappe pas oblige Pierre à fouiller l'endroit où jadis son aïeul et ses compagnons d'infortune étaient réveillés par des hurlements à glacer le sang. Il réussit à trouver le bunker et découvrira ce qui s'y cache. Terrifiant !    

Pour conclure, l'ensemble est soigné grâce au talent de Barnett Chevin. Un beau travail d'anthologiste ! On peut se procurer le recueil chez Lulu.com :

http://www.lulu.com/shop/http://www.lulu.com/shop/christophe-tréfeu-and-emmanuel-delporte-and-françoise-grenier-droesch-and-patrick-godard/blitzkrieg/paperback/product-22931264.html#productDetails

 

   

 

Repost 0
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 13:36
Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir
Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir

Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir

Je vous promets que vous aurez du mal à lâcher le livre dès que vous l'aurez commencé. Cet auteur Barnett Chevin excelle à installer des ambiances sombres dans ses textes. Ici, il se surpasse si c'est possible...

Rendez-vous en Enfer, sur les terres presque désertes de Cornouailles où dorment de terribles créatures antédiluviennes qu'aucun sortilège ou exorcisme ne parvient à empêcher de nuire d'une manière définitive. Cela à cause de personnes obnubilées par leur propre réussite ou voulant répondre à des ordres et demandes de maîtres n'écoutant que leur envie impérieuse de se mesurer au Diable en personne...

Chaque époque voit resurgir ce "Mal" qui s'approprie son lot de vie humaine, corps et âme indissociés. Il ne fait pas bon s'aventurer sur ce domaine maudit comme l'auteur ne cesse de nous le démontrer au travers de 13 parties encadrées par un prologue et un épilogue.

- L'ampleur du "Mal" qui sévit à Wakehurst prend racine avec Bellovèse, (Glann Dicinn, 275 av JC) celte qui vendit son âme à une entité méphitique par l'intermédiaire d'un druide, Aithirne Ailgesach qui dirigea la cérémonie."Sabathan", force du mal puissante sera libérée pour venger la tribu des Cornivi, représentée par le fils Bellovèse, soi-disant en danger à cause des Durotriges, pourtant alliés de toujours ...

- "Servitude" 1016 : Un lord Henri Warren écrit à Sir Davis. Cette lettre témoigne du calvaire enduré par cet aristocrate qui a acheté le terrible manoir. Ce dernier donne des preuves de son impuissance à lutter contre le "Mal" mais aussi à s'enfuir... à cause de sa femme et sa fille...

- "Le naturaliste" 1285 : Abdallah an-Nasir, serviteur d'un naturaliste, Sir Edmond Carwin témoigne de leur folle recherche de spécimens inconnus jusque là. Ils iront parcourir les Terres Maudites par défi contre un autre naturaliste, Fawkes...

- "Pour châtier les moutards" 1442 : petit intermède assez terrifiant qui met en scène une fillette Tatia maltraitée par sa marâtre (Zora ?). Cette dernière la déteste au point d'invoquer Sabathan pour qu'il s'en repaisse....

- "Le Conte" 1574 se construit autour d'une collecte de légendes non répertoriées. Salvadore, au service de Charles De Serrault en perdra la mémoire lorsqu'il rencontrera les puissances infernales à l'œuvre au domaine de Wakehurst à cause de Zora la sorcière qui le mène au cœur de la tourmente depuis Bodmin Moor, village voisin mais exsangue, aux gens bizarres.

- "Le sabbat de Wakehurst" 1666 où l'on apprend que le "Mal" qui sévit sur ces terres effraie Satan lui-même.

- "L'affaire du siècle" 1726 nous conte l'histoire de Rose Winterman, nouvelle propriétaire du manoir au destin lui aussi tragique !

- "La malédiction des Weller" 1850 : confession du dernier serviteur des Weller où les apparences sont trompeuses. Lawrence et sa femme Mildred vivent dans le manoir, pour l'instant à l'abri des monstres mais pas pour longtemps car malheureusement un drame survient qui emporte la belle Mildred.

- "À propos de la folie" : le patient 64, un ancien exorciste est revenu des terres maudites avec une démence qui intéresse un professeur psychiatre. Celui-ci veut percer le mystère des folies provoquées par le domaine de Wakehurst. Son comportement irresponsable déchaînera les puissances.

- "En territoire ennemi" 1944 : Un aviateur nazi, Hans Studel que l'horreur n'effraie pas (il a commis des crimes sordides sans état d'âme) aura pour mission de s'emparer d'une arme cachée sur les Terres de Wakehurst et de la rapporter à ses chefs. L'artefact magique d'An-Nasir, capable de détruire mieux que des canons, se révèle introuvable. Que devient Studel ?

- "Cornwall Daily Record" 1953 écrit comme un article de journal permet de découvrir peut-être l'origine de la malédiction.

- "Ceux des tableaux" 1970 : un jeune homme doit se rendre à contre-cœur en compagnie de sa jeune épouse chez sa belle-mère détestée. Ses intuitions se révèlent exactes.

- "Les muses" 2015 : Ken Stepnigh, auteur à succès de littérature d'épouvante a perdu l'inspiration et compte la retrouver dans ce manoir perdu, Wakehurst, vendu pour une modeste somme.

L'épilogue promet des cauchemars pour les jours à venir car l'histoire de Wakehurst continue !

Découvrez les textes hallucinés (369 pages) de Barnett Chevin que vous pouvez vous procurer ici pour 9,90 € : http://www.lulu.com/fr/fr/shop/barnett-chevin/wakehurst-le-journal-de-kahmsa-an-nasir/paperback/product-22673582.html.

D'autres nouvelles de cet auteur prolifique sont également disponibles chez Lulu.com dans d'autres recueils (au moins 7 anthologies).

Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 19:24
Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !
Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !

Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !

Cela fait quelques mois que j'ai terminé les 5 nouvelles reprenant Sibilla, chroniqueuse de l'étrange accompagnée de son ami terre à terre : Leonardo Verga.

Cette héroïne naît dans la revue Futura grâce à un certain Pier Carpi et fut croquée par Luciano Bernasconi qui lui donna son allure de jeune femme dynamique mais sexy (ce qui n'est pas incompatible). Elle apparaît en bande dessinée aux côtés de bon nombre d'héros de l'époque des années 1970.

Nelly Chadour sous la direction de Jean-Marc Lofficier lui redonne vie pour notre plus grand plaisir. J'ai eu plaisir à savourer les histoires paranormales que cette auteur lui a concocté, toutes aussi palpitantes les unes que les autres !

La première "La disgrâce de Cagliostro" nous informe sur le rôle d'héritière de la jeune femme. En effet, elle est chargée par ce grand magicien de poursuivre son œuvre, c'est à dire d'empêcher un sorcier, Ruggieri de nuire. Son anneau, don du maître Cagliostro, lui est d'une aide précieuse. En toile de fond : L'affaire du collier de la Reine...

La deuxième : "Un admirateur" entraîne notre chère héroïne à la rencontre d'un sinistre personnage qui n'a qu'une idée fixe : faire tomber la belle, l'obliger à faire une erreur... Suspens garanti !

"Cercles Mortels", ensuite nous plonge dans des pratiques de sorcellerie de haut niveau. Stupéfiant ! Des personnes sont aux proies de menaces imaginaires mais ils les vivent dans leur chair et en meurent. Les supplices variés permettent de se rendre compte de l'immense imagination et talent de l'auteur pour sa mise en scène frappante de réalisme. J'ai été scotchée par ce texte.

"Histoires de fantômes Thaïlandais" : histoire où la magie change de continent. Les asiatiques possèdent des ressources originales pour s'approprier les âmes et obtenir des êtres possédés des actes repoussants. Leonardo sera en première ligne... Prenant ^^

La dernière "Lucia" révèle une partie du mystère Sibilla et j'ai apprécié qu'une zone d'ombre soit soulevée.

Donc si vous ne connaissez pas cette auteur Nelly Chadour, découvrez sa plume impertinente et inspirée au travers de ces courtes histoires.

Pour se procurer ce recueil :http://www.riviereblanche.com/collection-noire-n84-sibilla-cercles-mortels.html#fc1929d79c67211d33103a83b1b27321

Chez cet éditeur d'autres nouvelles de l'auteure sont disponibles dans différentes Anthologies (Dimension Super-Héros 1, 2 et 3, Dimension Chevalerie Chinoise, Dimension Trash)

D'autres titres de Nelly sont parus chez Le Carnoplaste comme la série des Dianes d'Aventin

(http://www.lecarnoplaste.fr/index.php?page=diane )

Un roman que j'ai chroniqué "Sous la peau " chez Trash Édition (http://trasheditions.wix.com/trasheditions#!product/prd1/1919851765/sous-la-peau ) donne l'ampleur du phénomène Nelly Chadour qui a ouvert une cagnotte où vous pouvez contribuer d'ailleurs (https://www.tipeee.com/la-plumitive-primitive ) à partir de 1 €

Egalement publiée chez Artistes Fous Associés (http://www.lesartistesfous.com/les-editions-des-artistes-fous/les-contes-marron ), et Malpertuis (http://www.ed-malpertuis.com/ ) cette Plumitive Punitive est à suivre, je vous l'dis!

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/nellyscreamy/

Son Blog : http://nellyc.canalblog.com/archives/2016/07/16/34090525.html

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche