Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 17:38
Couverture : Conception graphique : Éric Marcelin pour Manhattan Marilyn Editions Critic
Couverture : Conception graphique : Éric Marcelin pour Manhattan Marilyn Editions Critic

Couverture : Conception graphique : Éric Marcelin pour Manhattan Marilyn Editions Critic

Le prologue de ce roman nous entraîne à Manhattan, en mai 1962, aux côtés de Marilyn, star et icône américaine. L’immersion est totale, ce qui m’a beaucoup plu.

On sent que l’auteur s’est documenté sur l’actrice et les derniers jours de sa vie. Même sa personnalité transparaît à travers ces quelques pages (5) ainsi que ses amitiés amoureuses avec de nombreux hommes, en particulier John Kennedy, assassiné plus tard. On apprend qu’elle détient un secret révélé par John, pendant sa dernière nuit en sa compagnie et qu’elle ne peut vivre au grand jour avec cette révélation à cause du FBI, fil rouge du roman ; d’où cette phrase : « L’idée lui était venue soudain : elle devait mourir pour ne pas mourir. Comme une mort de cinéma ».

Tout au long du récit, on rencontre des personnages forts surtout une ancienne marine en Irak, Kristin Arroyo qui ne se laisse pas démonter par le système et milite en faveur des droits des plus démunis avec le mouvement « Occupons Wall Street », ressemblant aux Indignés d’Europe. De nationalité hispanique et sans famille, elle possède de nombreuses qualités dont celle de savoir se battre et utiliser son intelligence du terrain à son avantage en toutes circonstances.

Bravo pour ce personnage principal qui change des romans de ce genre (thrillers).

Le hasard la fera rencontrer un photographe, Nathan Stewart qui aimerait la prendre en photo afin d’alimenter son expo sur le mouvement des OWS, ce qu’elle acceptera avec difficulté. Puis, en discutant dans sa galerie, Kristin lui montrera des clichés de son grand-père qu’elle n’a pas connu car étant mal vu de sa famille, il était mis à l’écart. Tirages montrant Marilyn Monroe et que Nathan, membre d’une fondation destinée à sa mémoire, considère comme inédites et surprenantes. L’auteur des photos, le grand-père de Kristin apparaît soudain célèbre ; il s’agit d’Edward Pyle, peut-être une allusion à Eddie Pyle, l’opérateur qui filma le tournage Des Désaxés, dernier film de Marylin ?

Le photographe lui proposera de mêler les photos qu’il a prises d'elle avec celles de Marilyn, afin de marquer encore plus les esprits et de donner une visibilité au mouvement que la jeune hispanique défend.

À ce moment du récit, à partir de l’inauguration de l’expo intitulée : « Deux femmes rebelles à New-York », Kristin ne connaîtra plus le repos, devenant la cible de divers « chasseurs » tous ayant la volonté de détruire la vérité sur Marilyn et ses photos apparemment compromettantes.

Grâce à un ami du photographe, le milliardaire Mickaël et des potes anciens soldats devenus, clochards à cause d’une politique d’insertion inexistante, Kristin essaiera de comprendre pourquoi on veut la tuer... Que s’est-il vraiment passé autour de Marilyn pour que ces photos amènent le FBI à intervenir ainsi que la mafia ?

Ce thriller est haletant, je ne me suis pas ennuyée et j’ai apprécié la plume de Philippe Laguerre, son art du scénario à rebondissement, sa facilité à nous immerger dans des situations imprévisibles au travers de décors réalistes.

On sent que l’auteur connaît parfaitement cette ville de New-York et que le scénario a été réfléchi dans ses moindres détails alors qu’il s’agit d’une pure fiction. Celle-ci prend sa source avec des interrogations au sujet de la mort de Marilyn, si elle a eu lieu en 1962 ou bien si l’actrice vit encore. Une légende urbaine existante pose cette question.

Je recommande ce roman qui allie suspens, interrogations, mythes et Histoire dans une Amérique fascinante et violente.

Merci à Philippe Laguerre de m'avoir permis de lire cet ouvrage.

Pour se le procurer :

http://editions.critic.fr/nos-livres/policier-thriller/manhattan-marilyn.html

http://livre.fnac.com/a9357057/Philippe-Laguerre-Manhattan-Marilyn

http://www.amazon.fr/Manhattan-Marilyn-Philippe-Laguerre/dp/B019OSYJJG

 

Repost 0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 21:15
Collection Séma'gique / Illustration Fleurine Rétoré

Collection Séma'gique / Illustration Fleurine Rétoré

Projet Cornélia

Merci aux éditions Séma de m’avoir permis de découvrir cet auteur, Denis Labbé et sa série débutant par ce tome 1 : Afflictions.

D’emblée les personnages sont attachants, surtout le compagnon de Cornelia - jeune lycéenne que des événements terribles ont jeté sur les routes et séparée de ses pairs - Jean-Michel, jeune homme plein de ressources, au caractère peu amène, secret ainsi que surprenant. Il apparaît super entraîné aux combats que des cadavres morts-vivants, devenus tels suite à une épidémie provoquée par une ancienne expérience nazie, déclenchent… Combats obligatoires s’ils veulent s’en sortir indemnes. C’est à celui qui frappera le premier. Jean-Michel réussit à déjouer tous les pièges. Ses facultés hors normes pourraient vite entraîner une lassitude pendant la lecture alors qu’au contraire l’intérêt de l’histoire est maintenu grâce à des situations toujours changeantes qui apportent un complément d’informations sur l’esprit de cette horde.

La Grande Mort guette chacun de ceux assez fous tentant de survivre parmi les différents spécimens qu’elle est capable d’engendrer. Plusieurs sortes de monstres : les fourmis, les sprinters, incomplets… forment « La horde » et ils n’ont qu’une idée fixe : mordre les non-contaminés par tous les moyens.

Sous la forme d’un journal tenu par Cornélia, ce tome jette les bases d’une saga Post Apo qui ne ménage pas les nerfs du lecteur. Le danger guette les deux jeunes gens à chaque fois qu’ils souhaitent se reposer. Le cadre est forcément déprimant, mais on assiste au changement de caractère de Cornélia qui devient moins superficielle et plus musclée à force d’arpenter les centaines de kilomètres de routes, des forêts pour retrouver sa famille. On apprend qu’elle et Jean-Mich’ faisaient partie d’un groupe plus conséquent d’amis soudés par le besoin de lutter contre les forces de destruction qui les menacent. Mais un événement les a séparés. Parfois les humains encore en vie s’avèrent aussi redoutables que les « zombies », si ce n’est plus fourbes.

Tout au long de ces 300 pages et 20 chapitres, les survivants s’organisent pour leur survie, Cornélia use avec dextérité de son katana et Jean-Michel se sert d’armes et de munitions glanés sur leur chemin. On tremble avec eux. Les trouvailles sont nombreuses et variées.

Ce premier ouvrage, prometteur plaira aussi aux jeunes adultes, voire aux ados. Il pourrait être conseillé en jeunesse.

Les points négatifs pour moi : le ton employé qui ne fait pas assez « langage jeune » d’une fille de 17 ans. Il reste trop de tournures alambiquées. Et aussi le caractère plaintif de Cornélia. Par moment, elle m’énervait, bien que ses pleurnicheries soient justifiées !

Dans l’ensemble, une histoire passionnante, pleine de rebondissements.

Résumé de l'éditeur : "Un mois après le déclenchement de l’épidémie, la Lorraine et le reste de la France ne sont plus qu’un champ de ruines où quelques personnes tentent de survivre.

Au milieu d’un monde qui s’effondre sous la poussée de hordes d’errants, Cornélia et Jean-Michel partent à la recherche de leurs proches.

Mais cette Grande-Mort qui sévit et des bandes de pillards font tout pour les en empêcher.

Entre atrocités, rencontres improbables, découvertes macabres et fous rires, les deux amis vont passer par toutes les émotions et croiser des gens surprenants, attendrissants ou inquiétants. "

Pour se le procurer pour 18 € :

http://www.sema-diffusion.com/fr/accueil/46-projet-cornelia-tome-1-afflictions-par-denis-labbe.html

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche