Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 21:19

PANDORE-D-ENTR-OUVERT-001.jpg

Pandore d’entr’ouvert

 

Premier recueil de nouvelles d’un collectif d’auteures talentueuses autour d’une introduction fracassante. Pour adultes.

 

« Lorsqu’elle ouvrit le paquet, elle ne put se retenir de hurler... »

 

Lors de cet At, la consigne était de continuer, d’imaginer ce que ce paquet pouvait bien contenir. Je n’ai pas eu le temps quant à moi de m’y mettre. Ma curiosité me poussait donc à connaître le résultat et de découvrir ce que d’autres auteurs (retenus et publiés dans ces pages) pouvaient avoir inventé.

 

Je ne suis pas déçue ! À chaque texte, une idée surprenante...

 

1 « De l’autre côté du livre » d’Amandine Legal nous ouvre les portes d’un merveilleux un peu noir puisque la fin - que j’ai vu arriver - éloigne Alice de notre monde. Il y a du suspens quand même au moment où celle-ci part à la recherche du libraire qui lui a conseillé le livre et de la boutique où ses parents ont acheté l’ouvrage très ancien. Un petit air d’Alice au pays des merveilles comme j’aime bien.

 

2 « Une porte vers la liberté » de Julie Giovannone aborde un thème neuf, celui d’un amour entre deux femmes qui ont une vie de famille bien rangée. Ça leur est tombé dessus, sans volonté d’aboutir à ce chamboulement ni de la part de June ni de celle d’Irina ! Cette mini révolution sera vécue avec passion et l’écriture tout en retenue y fait beaucoup pour que l’on adhère totalement au choix de ces deux femmes de rompre avec  leur routine, abandonnant mari et enfant dans un premier temps pour mieux se reconstruire. Belle histoire en laquelle on croit. Bravo.

 

3 « Détournement macabre » de Gabrielle Raphaëlle Wolf est l’une des plus macabres de ce recueil. J’aime bien évidemment à la puissance 1000 ! Il s’agit d’une confusion terrible qui se joue à la fois dans la tête de Clarisse (personnage trouble et troublée) et dans sa réalité. On ne sait pas sur quel pied danser tellement tout s’imbrique. Des scènes  cauchemardesques ne nous laissent aucun répit. On ne peut lâcher tant que l’on n’est pas arrivé à la conclusion. Il y a une intensité dramatique forte qui force l’admiration et un style soutenu. Un retournement de situation nous laisse pantois. Cœur bien accroché  obligatoire. Une histoire épouvantable que vous n’êtes pas prêt d’oublier, c’est sûr !  

 

4 « La rose noire » d’Isabelle Haury nous entraîne aux portes de la peur sournoise que même la mort ne peut stopper. Bel exercice que ce huis-clos où la tension monte crescendo pour terminer en apothéose ! Se battre contre un fantôme de surcroit, un criminel ou un fou car on ne sait pas exactement ce qu’il fait à ses victimes (effleurer le sujet permet de se faire des « films ». Ce procédé est malin car il entretient une inquiétude pour le personnage dans les griffes de cet Erin de malheur). J’ai apprécié cette histoire courte mais bien menée.   

 

5 « Collection » parMorgane m’a bien plu. Ce couple ne présente pas aussi bien qu’on le croit au début et tout basculera vers la fin sans avoir eu le moindre indice pour arriver à ce dénouement. C’est un peu à double tranchant car j’ai été surprise par ça et du coup n’y ai pas cru. Pourtant ce qui arrive à Alexis m’a accroché. J’ai marché à fond dans la première piste et imaginé qu’un assassin rôdait dans le quartier, que l’un des deux allait y passer (surtout j’étais persuadée que ce serait Élisa la prochaine victime... Bien joué, pour m’avoir mené par le bout du nez !). Je ne m’attendais pas à ce que le danger vienne de l’intérieur, si je puis dire. Le hic, c’est que je me suis demandée pourquoi, il n’y avait pas de recherche faite par la police (puisqu’il s’agit d’un « tueur », genre sérial killer) et aussi comment on peut rester un an avec une personne sans se douter de son penchant criminel !

 

6 « La boîte » de Mélanie Baranger. C’est encore une de ces histoires envoûtantes qui ne laisse présager de sa fin. J’ai eu beaucoup de plaisir à me mettre à la place des personnages vivant une sacrée aventure aux confins de la sorcellerie.  Pauvre petite Zoélie et pauvres parents confrontés à la possession par un être maléfique. Heureusement, l’aide d’une confrérie, le courage de tous libéreront l’enfant d’un destin tragique. De plus, la fillette devenue adulte trouvera un sens à sa vie en intégrant la confrérie de l’étoile. Laissez-vous porter par les mots de Mélanie... Vous ne le regretterez pas.

 

7 « Le plus beau métier du monde » écrite par Marge Guyda ou les affres de la maternité, ainsi que de l’après, lorsque l’on croit que devenir mère est évident. Je n’avais pas compris au début que ce paquet était une couche en fait ! Tout ira bien mais on tremble devant le désarroi de Karine. La fin en pied de nez conclut superbement ce petit texte.

 

Voilà un recueil à recommander que je ne regrette pas d’avoir acheté !

Partager cet article

Repost 0
Published by francoisegrenierdroesch - dans LECTURES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche