Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 23:50

THEME DU CONCOURS : FUTUR  ET ABATTOIRS

Cette nouvelle n'est pas d'un abord facile. Je vais vous la livrer par morceaux : ce sera plus digeste, j'espère !

LES DRACKS

 

 

Réveil brutal pour l'un des cinq occupants de la station spatiale " Calypso XXX ", dérivant autour de la Terre depuis mille ans.

Merlin, les yeux encore dans le vague ressent des picotements intenses dans ses chairs, que des ondes électrostatiques parcourent en tous sens pour créer une énergie capable de réchauffer les tissus et leur sang coagulé. Le liquide vital reflue vers tous ses organes et le cœur recommence à battre.

 

Il se revoit effectuant le voyage en satellite, mis en orbite basse, jusqu'à ce que les capteurs placés par un robot lui enlèvent toute sensation et le plonge comme les quatre autres volontaires dans une cryogénisation irréversible.

Plus rien ne le retient sur Terre, à ce moment. Il cherche à fuir des dettes colossales qu'il a contractées à cause de sa passion pour les yachts.

Cette expérience, folle, est une idée d'un milliardaire rencontré par hasard lors de ses virées à bord de son deux mâts. Lors d'une escale au large du Mexique, il répond à l'invitation de navigateurs norvégiens. L'usage est de passer les soirées entre gens de la mer et parfois, on rencontre de drôles de bougres, comme ce qatari, Sofiane Ali Babel maîtrisant une dizaine de langues, aimant boire, qui l‘a pris en amitié.

Profondément optimiste, vouant un culte presque religieux à toutes les innovations scientifiques, il veut construire cette base spatiale et engager des personnes en bonne santé pour faire un voyage inédit à travers le temps. Lui se sait condamné, une nouvelle forme de cancer le mine et il se fiche de mourir ou de survivre seulement quelques jours. L'idée de voir ce qui se passerait mille ans plus tard aiguise sa curiosité et le projet est mis au point le 18 juin 2133 en complète autonomie et en totale clandestinité.

Tous les appareils de réanimation étaient programmés pour enclencher le réveil mille ans plus tard, que l’espèce humaine existe encore ou soit complètement éradiquée. Les médicaments et la nourriture sont remis à température ambiante. La longue congélation n'est plus qu'un souvenir inscrit dans les archives.

 

******

C'est le jour j. tous les voyants clignotent. Il est 6 h du matin.

Ce scientifique et informaticien de génie doit être le premier pour assister les autres, endormis encore quelques heures.

Les jambes à moitié brûlées, Merlin se libère des sangles et du cocon qui l'avait accueilli ces derniers temps. Un mal de crâne insupportable irradie son front et des sons aigus tambourinent derrière ses tympans. Il avait tout prévu et son instinct le dirige vers l'armoire à pharmacie. Trois doses de déphylex seront nécessaires et aussi des compresses stériles. Puis il s'habille d'une tenue réglementaire.

Le bloc de cryonie est un réceptacle parfaitement agencé, automatisé, très fonctionnel et d'une performance supérieure en matière d'équipements et de services : tous les évènements des années écoulées sont retranscrits et prêts à être visionnés. Le travail de Merlin consiste maintenant à préparer leur sortie et synthétiser toutes les données enregistrées par des appareils ultra perfectionnés. Lourde tâche que celle de décrypter les informations importantes pour eux, de faire le tri entre l'essentiel et le superflu.

Il consulte l’image 3D de notre belle planète bleue : elle est conforme à cet adjectif, bleue.

«La quasi-totalité des Continents a disparu sauf l’Afrique à cause de la montée des mers et océans », s’étonne le scientifique.

Puis, il scrute des cartes plus précises, des seuls pays rescapés de cette sorte de déluge : quelques points noirs indiquent des lieux sans noms. Là où se trouvaient les anciennes capitales, c’est-à-dire noyées à présent, des signes noirs apparaissent en forme d’étoiles. « Où peuvent bien habiter mes semblables ? » s’inquiète l’homme.

« L’espèce humaine serait-elle devenue sage ? » se demande Merlin, dubitatif, en lisant qu’aucune guerre connue n’a été déclarée depuis la troisième, d'origine électromagnétique en 2150. Ce conflit planétaire est consigné dans le bloc-notes mais pas d’indications précises quant aux causes. « Une catastrophe sans précédent qui a entraîné l’extinction de nombreuses espèces animales et de civilisations humaines, » lit-il bouleversé. Pas d’indication d’une quelconque organisation gouvernementale, d’un président ou dictateur gérant les affaires de l’Afrique.

Depuis l’année 2200, plus de renseignements.

 

Bientôt, il consulte les fiches de ses partenaires congelés qui vont émerger d'un instant à l’autre. Il n’a que les prénoms, leur âge et leur rôle dans leur petite communauté.

La première, affiche la photo d’un homme, type égyptien, 40 ans. Erasme, médecin. Son visage est barré d’énormes lunettes rondes aux montures noires qui lui donnent l’air d’une mouche. Il a la charge de vérifier l'état de santé de tous, d'effectuer des examens, de contrôler les combinaisons protectrices : il est à la fois, psychologue et intendant.

La seconde, encore un homme, plus jeune, type arabe, Redwane, militaire, 37 ans, les défendra en cas de danger. Homme de main aux yeux perçants. Un beau mec qui a du passer son temps dans les salles de musculation.

Une femme séduisante, sur la suivante, Meriem, brune, 28 ans, journaliste, relatera leurs aventures. « Une beauté pareille, qu’avait-elle à oublier pour faire partie de l’expédition ? » s’interroge Merlin.

Tous, ont des connaissances pointues dans beaucoup de domaines. Il ne les a jamais vus auparavant.

 

********

 

Merlin prépare le réveil du médecin. Il vérifie que la machine enclenche correctement le processus de régénération. Le reste, la pompe à sang qui réanime chaque cellule humaine, la chaleur diffusée dans l’habitacle, est automatisée. Puis, il libère le corps maintenu dans le compartiment en détachant les sangles et en soulevant le couvercle.

Erasme ouvre les yeux : il émerge dans la blancheur aseptisée de sa cabine. Lui, à la peau si brune, aux cheveux si noirs fait comme une tache en se levant.

- Merlin, professeur, dans le domaine scientifique. Comment allez-vous ? Il s’approche pour lui donner une poignée de main.

- Mal, j’ai besoin d’antalgiques. La douleur est atroce !

- Je suis passé par là et, oui, j’ai cru que ma tête allait éclater ! Tenez, avalez ça.

Vous vous en sortez mieux que moi : regardez les dégâts sur mes jambes, ajoute Merlin, en soulevant le bas de son pantalon.

- Ciel ! Vous avez … on se tutoie, non ?

- Oui, bien sûr, on est ensemble pour longtemps !

- Ce que tu as appliqué est parfait : dans quinze jours, il n’y aura plus de marques, c’est un produit miracle qui reconstitue la peau.

- Parfait alors ! Bon, je vais voir les autres. Tu peux marcher ?

- Je t’accompagne.

 

La jeune femme s’agite. Elle ressent de violentes secousses au niveau du visage et des membres. Ses compagnons l’observent impuissants. Ses traits se crispent.

- On dirait que ça ne se passe pas comme prévu ! constate le médecin.

- Phase trois : bloquée ! S’énerve Merlin

- Ca ne me plaît pas, allez … remets-toi en route, machine de malheur !

Au bout de 10 minutes interminables, les appareils se remettent en branle.

Meriem, enfin, revient à la vie. Deux regards consternés l’accueillent. La moitié de son corps est brûlé au 3 ème degré. Elle crie :

- Aidez-moi !

- Ne bouge pas, on va t’appliquer des bandes miracle, sois forte !

L’embaumement commence : la jeune femme ressemble à une momie. Elle a juste un espace libre devant ses yeux et sa bouche.

- Au tour des derniers … Notre maître Sofiane et monsieur Redwane. Quelqu’un l’a-t-il déjà rencontré ? En disant cela, Merlin a la voix qui tremble. Ils secouent la tête de droite à gauche.

- Allons-y !

Devant la couchette du militaire, chacun retient son souffle. Les minutes paraissent très longues mais l’homme se réveille comme s’il n’avait dormi que 12 heures. Une fois, les présentations faites, tout le monde se dirige vers la cabine du chef.

Celui-ci respire difficilement. Erasme abaisse une manette : un masque en caoutchouc se plaque telle une sangsue sur le nez et la bouche de Sofiane. Il compose un code sur le clavier de la machine à réanimer. Elle envoie un maximum d’oxygène. Les paupières tressautent à toute vitesse. Enfin, le regard devient plus vif. L’homme se met à trembler et soudain se redresse. A présent, il est libre de se lever et de faire quelques pas. Pourtant, il hésite, balaie du regard chacun de ses équipiers. Ses lèvres articulent ce qui devrait être des mots. D’un coup, une ombre d’effroi voile ses prunelles dorées. Aucun son ne parvient jusqu’aux spectateurs consternés.

Tous restent figés jusqu'à ce qu'une voix mal assurée rompe le silence glacial :

- Bonjour mon amour, hasarde la jeune femme, en s'approchant doucement. Elle tapote les contours de ce qui était son visage, se veut rassurante :

"Ne t’inquiète pas, ces bandes ne seront plus qu’un mauvais souvenir, dans deux ou trois jours, à ce qu’il paraît".

Puis, elle se tourne brusquement vers les autres :

- Il a besoin d'une tablette pour communiquer avec nous.

Aussitôt dit, aussitôt fait.

"Faites-moi toutes les analyses possibles. Je veux savoir ce qui s'est passé ! Et ne tardons pas à sortir de cette station. Que disent les comptes-rendus ?

- L'atmosphère n'est pas polluée mais nous ne prendrons aucun risque et revêtirons nos combinaisons étanches. Nous n'avons pas d'informations sur le peuple qui gouverne notre planète car tout s'est arrêté en 2200.

Partager cet article

Repost 0
Published by francoisegrenierdroesch - dans NOUVELLES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche