Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 18:40
Couverture énigmatique
Couverture énigmatique

Couverture énigmatique

Je découvre cette auteure qui m'a fait angoisser avec ses personnages englués dans des situations innommables. Au cours de ces 14 textes, on parcourt une sorte de dictionnaire des souffrances du corps intimement lié à l'âme et à une histoire tragique.

Maison Villebasse​ rend compte des tourments d'une jeune fille internée. Pourtant, elle ne paraît pas folle, juste sujette à d'atroces douleurs qui à son époque n'étaient pas répertoriées par les médecins. Donc, si l'on ne peut la soigner elle doit être enfermée avec les déments et subir les terribles traitements ​infligés à ces vrais malades... Médicaments inadaptés, lobotomie, chocs électriques puis bains glacés proches de la noyade. Le catalogue des tortures subies par Viviane s'avère complet ! La fin n'est pas rose non plus mais j'ai aimé avoir été bousculée de la sorte.

Sur le bateau ​nous rappelle que des gens sont prêts à tout pour fuir leur pays en guerre. Le sujet des migrants vu par un jeune garçon devient si réel, palpable qu'il donne la nausée. Pas d'échappatoire possible lorsque l'on dérive loin des côtes, que l'on est si jeune et que tous ces morts dansent autour des vivants.

Lycanthropie​ : l'histoire d'un couple qui vit à l'écart des autres. Cette fois, la femme fuit face à son homme déchaîné et cherche de l'aide. Est-ce de la violence conjugale ordinaire ?

Le propos abordé sous l'angle des transformations impromptues s'éclaire soudain et retient toute notre attention. Magistral !

Catharsis ​: quand vouloir se libérer de soi-même est pris au pied de la lettre. Glaçant et morbide.

La mort de Newton : pour moi l'histoire la plus terrifiante car les pires actes viennent d'un enfant qui pense être dans son bon droit. Bien sûr l'origine des vengeances justifie les horreurs préméditées par ce petit garçon délaissé et sali par des adultes. Suivre les étapes en étant dans sa tête donne tout de suite une ambiance plus crue. J'ai beaucoup aimé ce ton et ce qui se passe ^^

Corpus Dei : Pauvre Dieu qui ne décolère pas à cause de nous autres, les hommes inconscients et stupides aux inventions dangereuses. Un petit texte qui détend.

Voodoo Child : Quelque chose s'est cassé dans ce couple depuis l'opération mais Antoine ne s'offusque pas du comportement suicidaire de celle qu'il appelle sa poupée vaudou. Un amour contrarié par la vie merdique qui te tombe dessus sans crier gare ! Pour l'instant tout va à peu près bien. Une tranche de vie bien décrite, qui touche l'âme.

Vivre morte : Une rencontre puis une confrontation qui ne sera pas si innocente que ça. À ce jeu du chat et de la souris, il y aura de la casse...

Détendez-vous ​: idée assez casse gueule mais très bien amenée. Sur un ton ironique. Si les cours de yoga vous énervent, vous pouvez tester les pensées négatives ^^

Les maux et la chair ​: Les cauchemars s'invitent d'une manière un peu trop réelle pour Aurore qui n'ose plus dormir de peur de rencontrer le personnage sadique qui la hante. Mais de force puis de gré, elle se laissera dominer et changera de caractère, devenant elle-même. La douleur révélant son moi profond. Question de point de vue.

Le sang, le stupre et la proie ​: La prostituée cache bien son jeu. Histoire où les rôles s'inversent et j'aime bien.

Grossesse ​: Le désir d'enfant chez Rachel qui tient son journal scrupuleusement. C'est cela qui la tient vivante mais le sort s'acharne sur elle et l'exclut de ce bonheur simple que n'importe quelle femme peut éprouver. Pas elle ! Triste, désespérant mais très bien écrit car on suit cette future maman en y croyant nous aussi... Johanna Almos, tu m'as bien eue !

Hiver ​: Le souvenir douloureux d'une personne chère, Alice, se ramène à la mémoire de la narratrice. Le ton très en demi teinte tranche avec d'autres textes mais provoque une douce mélancolie surtout avec l'apparition, la femme blanche. Cet amour mal vu par le voisinage car il réunit deux femmes apparaît pourtant si profond.

​La preneuse de note ​: dernier texte qui clôt le recueil est très mystérieux. Cette femme qui apparaît aux moments critiques au cours de la vie du narrateur, prenant des notes et disparaissant vite interroge. Il n'y a pas vraiment de grosses surprises à la fin de la lecture, seulement une parabole sur le temps qui passe.

En conclusion, je recommande grandement ce livre de nouvelles toutes marquantes. Johanna Amos a fourni un vrai travail en profondeur qui exhume les plaies cachées de chacun. Nécessaire.

Voici un lien d'achat :

http://www.lulu.com/shop/http://www.lulu.com/shop/johanna-almos/mémoires-de-corps/paperback/product-22823830.html

Johanna tient une librairie à Tonnerre :

http://www.plume-et-image.fr/index.php/librairie

Ce recueil ne serait pas là sans Otherlands :

http://welcometootherlands.wixsite.com/otherlands

que je remercie pour cette découverte.

14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 15:22
La superbe couverture et le descriptif
La superbe couverture et le descriptif
La superbe couverture et le descriptif

La superbe couverture et le descriptif

Comme ma nouvelle sur ce thème du prisonnier est présente dans le recueil, j'ai reçu un exemplaire du numéro 6. Ceux qui connaissent la série vont se régaler car les 9 textes évoquent les "éléments et "clin-d 'œil" de la série culte des année 60 avec intelligence. Ce n'est pas pour me passer de la pommade mais je constate que toutes les autres idées de mes camarades auteurs sont excellentes car dès que je l'ai eu entre les mains, je n'ai pu m'empêcher de lire... D'être en leur compagnie m'interroge : pourquoi mon texte a été choisi alors qu'il me paraît nettement en dessous des autres ?

Voici les titres des nouvelles retenues et le nom de leurs auteurs :

La première "Le prisonnier, feuilleton dystopique", celle de Frantz Zaïtchick-Jammes se présente plutôt comme une suite d'articles de revue donnant les détails des différents épisodes de la série, soit sur le scénario soit sur l'acteur Patrick McGoodhan pour notre plus grand plaisir. J'ai appris énormément malgré que je connaissais l'essentiel. Mais est-ce vrai ou inventé ?

La deuxième d'Alain Rozenbaum, "​Matricule 46/656", parle de cette routine du travail obligatoire qui nous enchaîne jusqu'à notre mort. Très prenant.

La troisième de Catherine Robert, " La photo"​, nous plonge dans une dimension parallèle au monde réel, genre de paradis pour enfants perdus, mais comment s'en sortir si on exècre la vie facile et que des souvenirs resurgissent, perturbant l'intégration de Luc dans cet endroit apparemment sympathique ? Perdre son identité, obéir, oublier ou pas, voilà les problèmes de ce garçon qui n'a rien demandé. Tout cela à cause d'une photo qui l'a envoyé quelque part, un rêve qui tournera au cauchemar ! Écriture tendue et situation étrange qui fait qu'on en redemande.

Bruno Pochesci avec : " Je t'y autorise" nous livre sa version originale du thème au travers de deux personnages assez trash au début, puis on comprend qu'ils n'ont plus rien à perdre... Le style est l'opposé de celui de Catherine : truculent, aux tournures pleines d'images puissantes qui prennent de la place et m'a un peu perdue par moment. Un peu too much mais assurément original. Sacrée histoire, tortueuse, mais aux rebondissements étonnants !

​Ophélie Hervet a créé ce texte "​Hôtel California ​" en ayant pour base les paroles d'un titre connu du groupe Eagles. Enfermement cinq étoiles, musique à fond dans les oreilles et vous voilà portés au cœur d'une folie ordinaire.

La mienne "Ronron" ​, titre qui était au départ : Oubli programmé. Je vous laisse la découvrir. Elle reste assez fidèle au modèle du Prisonnier, la série culte.

​"Dimanche" ​de Philippe Pinel : quand vous vous retrouvez sans repère alors que c'est vous qui avez tout manigancé... Très bien écrit et déstabilisant ! Bravo pour ce jeu de "Qui suis-je, où suis-je ?". En plus l'univers purement abstrait dans lequel évolue le prersonnage est très bien pensé.

"Superposition" ​écrit par deux auteurs : André Woodcock et Tierry Fernandez. Alors là, jamais lu ce genre de délirium. Du grand art ! Dépaysement total garanti.

"Tony s'enfuit​" de ​Loïc Daverat. Un des textes les plus horribles qui soit. Le destin de ces survivants d'un monde post-apo fait froid dans le dos. On souffre pour eux et pour le principal ciblé, Toni. pourtant, la fin surprend par son optimisme. On respire un grand coup !

L'impression que j'ai : un excellent recueil que j'ai eu plaisir à parcourir. Je serai heureuse de découvrir les autres numéros à présent.

Voici un lien pour le commander ( à 9 €, frais de port inclus) : http://www.gandahar.net/gandahar-la-revue/

28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 18:19
AVIS sur TODAY WE LIVE (Cherche midi éditions)
AVIS sur TODAY WE LIVE (Cherche midi éditions)

Voilà un roman que j'ai lu avec plaisir; prêté par une amie lectrice.

Il traite de la période 39/45 vu du côté nazi puisque le soldat au début de l'histoire est un espion infiltré parmi les Alliés pour mieux les attaquer. Il est confronté à un dilemme car une petite fille juive de 7 ans lui est confié. Un prêtre français, qui veut la sauver des massacres, lui demande de l'emmener hors du village encerclé par l'armée allemande. Celle-ci recherche des juifs et a déjà tué toute sa famille. Il ne doute pas de sa nationalité. Mathias joue le jeu mais est bien décidé à l'exécuter dès que possible, loin du village.

Commence une longue marche dans la neige pour Mathias et son compagnon avec cette enfant si vive, à l'opposé des clichés forgés dans sa tête. Leurs regards se rencontrent au moment où il va tirer sur elle, mais la magie opère et il ne pourra pas l'abandonner. Elle aussi sera attachée à lui par un mystérieux fil. Une amitié sincère naîtra entre eux.

Très émouvant, sensible. Une partie de l'histoire terrible de ces années de guerre racontée à hauteur d'enfants car l'adulte allemand va vivre une expérience enrichissante grâce à son âme restée en enfance.

Je vous conseille cette lecture qui m'a entraînée vers des rivages inconnus et avec laquelle j'ai ressenti des émotions pures.

Bravo !

EXTRAIT : Brusquement Mathias revit la fillette tenue en joue par Hans, la fillette qui s'en fiche et ramasse de la neige, et la mange. Celle qui à présent réchauffe ses mains à la fourrure d'un animal à peine mort, qui se repaît de cette bonne chaleur, qui suit Mathias dans le bois comme son ombre, qui le couve intensément de ses yeux profonds, qui le veille quand il dort, et lui procure quelque chose qu'il n'a encore jamais connu, et qu'il est incapable d'appréhender. C'est encore trop confus dans son esprit et dans sa chair. C'est confus mais c'est là, cela existe et l'envahit peu à peu d'une sorte de joie silencieuse. L'enfant lève les yeux vers lui. Elle remarque son trouble, rien ne lui échappe. Il se détourne et reprend la direction de la cabane.

28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 17:25
AVIS sur VERNON SUBUTEX 1 de DESPENTES (le livre de poche, éditions GRASSET)
AVIS sur VERNON SUBUTEX 1 de DESPENTES (le livre de poche, éditions GRASSET)

J'ai essayé Despentes. Parfois, j'accrochais au personnage mais le plus souvent les nombreux autres qui le côtoient m'ont vite paru outrés dans des postures clichés. Pas de finesse à part pour Vernon que sa situation rend sympathique. Tous les travers que l'on nous dit d'éviter se trouvent dans ces pages comme par exemple la diffamation (voir ce qu'elle dit du festival de Cannes : c'est la fête de la saucisse avec des putes en Louboutin :O et Gérard Depardieu : "Il doit trouver que recycler toute sa famille dans l'industrie du cinéma ne suffisait pas à faire chier le monde. T'as raison mon coco, ton fils toxico ils s'en seraient mieux occupés dans une dictature."

Je ne comprends pas que l'éditeur ait laissé passer ça et qu'il n'a pas eu de procès avec ces propos injurieux ? Il y a aussi un passage que je ne retrouve pas sur un ancien de la télé connu que je trouve aussi très injurieux !!!

Ça parle beaucoup de cul, de drogue, de gens à côté de leurs pompes avec un style "énervé"... Tout cela fait vraiment effet de mode et tic d'écrivaine branchée. Pas trop ce que j'affectionne.

Pour décrire la misère sociale, il y a d'autres moyens, c'est le sien certes et il me déplaît beaucoup.

Pour se rendre compte à quel point les chouchous des grands éditeurs peuvent tout se permettre quand nous, petits auteurs, on doit faire attention de ne citer aucun nom afin de ne pas s'attirer les foudres des personnes décrites en des termes suant la méchanceté, en plus !

J'ai quand même apprécié de découvrir un grand nom de la littérature dite "blanche" grâce à une amie lectrice.

GRRR : Roman qui a eu pleins de prix :O : Anaïs Nin 2015, Landernau 2015, Meilleur roman Français de Lire 2015, de la Coupole 2015, Roman News, Meilleurs livres du Point 2015 : franchement ils sont tous de mèche, c'est pas possible !!! Et tous en 2015 !!! Chercher l'erreur. Ah ! Le Prix des lecteurs Sélection 2016 !

L'Express (François Busnel), Les Inrock (Nelly Kaprièlian), Le Parisien (Pierre Vavasseur qui la compare à Balzac ) crient au génie. Ben, voyons ! Ils ont été payés pour ça ou quoi ? Sinon, je ne vois pas de génie là-dedans.

Le prochain avis pourrait concerner Guillaume Musso "Central Park"-_- (offert par mon frère...)

26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 14:26
Couverture de L'Antho-Noire pour Nuits mystérieuses d'Anaïs Calviac. Maquette Corinne Gatel et dessisn de Lancelot Gatel
Couverture de L'Antho-Noire pour Nuits mystérieuses d'Anaïs Calviac. Maquette Corinne Gatel et dessisn de Lancelot Gatel

Couverture de L'Antho-Noire pour Nuits mystérieuses d'Anaïs Calviac. Maquette Corinne Gatel et dessisn de Lancelot Gatel

Mon deuxième article sur un recueil jeunesse car ils le valent bien : ceux de l'association des Lithaniennes à l'origine de la reprise des titres de La Cabane. Vous ne le savez peut-être pas mais cette maison d'éditions associative a dû cesser son activité suite à un différent avec une de leur auteur... Donc c'est avec plaisir que j'ai tenté leur concours en envoyant mon premier texte jeunesse "Drôle de monstre" et le comité de lecture l'a retenu *Youpiii* parmi les 77 reçus ! *JOIE*​

Il fallait intégrer un mot bizarre ( que je ne révèlerai pas puisqu'il fait partie du concours pour gagner la prochaine Antho... Car ça va continuer !) et créé une histoire avec des monstres, au départ pendant la pleine lune.

Mon petit monstre a un sacré problème puisqu'il a peur des humains mais qu'il est obligé, à cause de sa sorcière de sœur, de se rendre sur Terre le soir d'Halloween... Je n'en dirai pas plus !

Les autres nouvelles sont à croquer :

1) Pour quelques anémones dorées de Christelle Ducher :

Une quête à la recherche d'étoiles spéciales va conduire une sorcière, Sedwina à la rencontre de créatures désagréables et dangereuses jusqu'à celle avec un animal différent qu'elle adoptera. J'ai bien aimé le ton pour raconter toutes les péripéties de notre aventurière au cœur d'une forêt aussi bondée que le métro !

2) Une mystérieuse nounou de Stéphanie Soban :

Andy a bien du mal à trouver ses marques entre ses parents souvent partis, sa maison délabrée et loin de tout et sa nouvelle baby-sitter qui le terrifie car elle a l'air différente des autres nounous qu'il a connues jusque là...La promenade en forêt révèlera sa vraie nature et le réconciliera avec ses parents. Sur un thème classique Stéphanie réussit le tour de force d'être originale et émouvante. Bravo !

3) Drôle de monstre ! de Françoise Grenier Droesch :

Cette histoire donne une idée inversée des monstres : le mien a peur des humains pour diverses raisons. Mon petit diablotin doit suivre sa sorcière de sœur sur Terre le soir d'Halloween car celle-ci peut le changer en cochon s'il n'écoute pas et veut ramener la recette des bonbons qui piquent. À vous de lire la suite pour savoir ce qu'il a enduré !!! Le pauvre !

4) La folle nuit d'Imbolc de Sidonie Gatel :

Dans une clairière des événements magiques ont lieu. Le narrateur suit de loin son ami et se fait tout un tas d'idées qui s'avèreront exagérées... Une bonne histoire mystérieuse ^^

5) La féérie d'Halloween de Mélanie Chambrin :

Un frère et une sœur vampire profitent de la seule nuit de l'année, celle d'Halloween, où il leur est permis de se mélanger aux autres sans qu'on remarque leur différence. Une rencontre va les marquer et sceller une nouvelle amitié. Texte intéressant ^^

6) Le luminaire croque-peur de Gabriel Nadalet :

Une histoire dans une histoire, racontée par un grand-père sur les supplications de Gaspard, son petit-fils tête de mule ! Le conte va-t-il permettre à la petite sœur de naître ? La peur fait partie des interrogations de l'un et de l'autre... Conte philosophique quelque part. Les dialogues omniprésents donnent un ton familier à cette nouvelle.

7) Lisbeth et Temcla de Lara Lee Lou Ka :

Une jolie histoire d'amitié et de différence. Tout oppose les deux fillettes... L'invitation de Temcla à venir passer un week-end chez sa grand-mère, plus qu'originale, fait plaisir à son amie Lisbeth mais lui procure bien des frayeurs ! Moment délicieux avec l'animal de compagnie ! Belle fin qui réaffirme que ce dont un enfant a le plus besoin est l'amour d'une famille. Texte super bien écrit !

Une nouvelle bonus écrite pour une fillette de 3 ans par sa maman : "Sidonie Face-de-lune" que j'ai trouvée attendrissante avec une fin étonnante. Que de talent déjà madame Gatel et d'amour pour votre fille un peu rebelle !

Comme quoi les histoires sont bien utiles; donc lisez le plus possible, faites des cadeaux de recueils comme celui-ci à vos enfants.

Cerise sur le gâteau : une police de caractère adaptée aux dyslexiques car les mots se suivent avec un espacement large permettant de les différencier et les lettres confusantes possèdent un empâtement solide qui empêche de les mélanger comme b et d ou p et q...

Pour en commander, voir avec les auteurs, me demander en mp ou ici en commentaire.

La page des Lithaniennes : http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/2016/06/festival-les-lithaniennes-2-et-3-juillet-2016-a-varzy-58.html (Bon de commande à la suite de l'annonce du festival)

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 21:58
Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel
Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel

Les Lithaniennes reprennent ces Anthos. Couvertures d'Anaïs Calviac, maquette de Corinne Gatel

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'une Antho Jeunesse publiée par feu La Cabane à Mots. C'est Le Festival des Lithaniennes qui reprennent le flambeau de cette géniale idée, à savoir les Antho-Noires devenues orphelines à cause de l'obligation pour l'association de stopper leur activité florissante... Bref, je ne développerai pas les raisons qui ont poussé l'équipe à rendre les armes mais leur volonté de donner une chance à des jeunes auteurs a été déterminante lors de cet appel à textes, il y a de cela quelques mois.

Le thème m'avait inspirée car il s'agissait de mettre en scène quelques monstres et devait s'adresser au jeune public de 8 ans. Mon texte "Drôle de monstre" en fait partie d'ailleurs..

Devant le grand nombre de nouvelles de qualité un second ouvrage a vu le jour : celui-ci qui contient 7 textes et qui devraient satisfaire les lecteurs aimant avoir peur mais pas trop quand même. De plus, une police de caractère adaptée aux dyslexiques règle le problème de clarté grâce à des espacements plus larges et des empâtements permettant de ne pas mélanger les lettres proches comme les d, b ou p, q...

Mon avis sur les différents textes :

1) Cherche équipier désespérément de Laetitia Pettini : Une bonne entrée en matière qui donne le ton. Oui les monstres existent et des chasseurs les poursuivent dont cette fillette Myrtille Dubois qui explique comment elle en est venue à traquer ces vilains vampires ou autres créatures inquiétantes. Quand on a un père fabriventeur ces expéditions deviennent de simples routines mais Myrtille a besoin des services d'un équipier, qu'on se le dise ^^ Une histoire pétillante qui se termine par un test, très bien trouvé. L'ensemble - forme et fond - m'a séduite.

2) Coup de lune de Patrick Godard : une histoire qui aurait pu mal tourner mais fort heureusement la conclusion nous tire une petite larme... Car les loups peuvent se transformer n'est-ce pas ? Surtout une nuit de pleine lune... Un classique revisité d'une manière intéressante.

3) La boîte à démons de Frédéric Gobillot : j'ai apprécié l'idée originale où une boîte cachée au fond d'un grenier devient une sorte de boîte de Pandore. Comment le garçon, Luc, qui a bravé l'interdit pourrait-il sauver sa famille ? Récit plein de rebondissements et jubilatoire.

4) La lumière d'Ortague de Marie Maillard : Racontée du côté des monstres, cette nouvelle prend appui sur les légendes même au pays de Loufènes où les vilaines créatures sont reines. Beaucoup d'humour en fin de compte dans ces pages. L'auteur nous montre que nous ne sommes guère différents d'eux... J'ai été déçue par la fin car j'aurais aimé que les adolescents ratent leur mission dans la grotte ;)

5) Le secret de la forêt de Marie H Marathée qui met en scène des élèves et leur maîtresse. Idée classique car les soupçons sur les possibles agissements occultes d'une institutrice par sa classe sont souvent la base de certains livres de littérature jeunesse. Là, il est vrai que cette Mlle Patapaf, est tout sauf terrifiante et la fin devient assez plaisante.

6) Le sortilège du Patapaf d'Hélène Duc : une histoire bien construite qui promet des sueurs froides. Un début de vacances entre une grand-mère et ses petites filles tourne au cauchemar à cause d'un démon décidant de se réveiller pile le premier soir ! Hélène réussit avec brio à créer une ambiance "Chair de poule" à laquelle on ne résiste pas. Bravo !

7) Méfiez-vous des chats d'Audrey Calviac : J'ai trouvé beaucoup de charme à ce récit. Même si l'auteur nous met en garde contre ce chat, je ne le considère pas comme un ennemi, au contraire, puisqu'il se livre à un juste combat... contre une méchante sorcière qui elle me terrifie beaucoup plus ! J'ai été embarquée dans cet univers particulier très bien écrit (passages d'une poésie agréable avec des images autour de la lune que j'ai appréciées).

Un dernier texte nous est donné en bonus. Il a été travaillé avec Sidonie Gatel et les enfants de l'école de Varzy à l'occasion d'ateliers d'écriture. Je suis bluffée par les trouvailles du scénario. Une découverte et une surprise que cette histoire dans un pays à ne pas mettre un orteil. Mais les enfants ne reculent devant rien surtout poussés par une porte vivante ! Je me suis régalée et je félicite les élèves qui ont eu ces idées formidables : Zoé, Camille J., Corrie, Laura, Scheren, Camille R., Cassandre et leur animatrice Sidonie car je sais d'expérience qu'il n'est pas facile de mener ce genre d'atelier à l'école !

Cette Antho-Noire est une réussite et d'une richesse que je recommande. Vous pouvez vous la procurer sur la page des Lithaniennes : https://www.facebook.com/LesLithaniennes/?fref=ts ou bien sur le blog de Frédéric Gobillot : http//lecycledeleveil.e-monsite.com/boutique (http://lecycledeleveil.e-monsite.com/pages/antho-noire-pour-nuit-de-pleine-lune/antho-noire-pour-nuit-de-pleine-lune.html et auprès des auteurs comme Audy Calviac/ Stark (https://www.facebook.com/audrey.calviac?fref=ts )

24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 13:36
Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir
Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir

Couvertures de Wakehurst, le journal de Kahmsa An-Nasir

Je vous promets que vous aurez du mal à lâcher le livre dès que vous l'aurez commencé. Cet auteur Barnett Chevin excelle à installer des ambiances sombres dans ses textes. Ici, il se surpasse si c'est possible...

Rendez-vous en Enfer, sur les terres presque désertes de Cornouailles où dorment de terribles créatures antédiluviennes qu'aucun sortilège ou exorcisme ne parvient à empêcher de nuire d'une manière définitive. Cela à cause de personnes obnubilées par leur propre réussite ou voulant répondre à des ordres et demandes de maîtres n'écoutant que leur envie impérieuse de se mesurer au Diable en personne...

Chaque époque voit resurgir ce "Mal" qui s'approprie son lot de vie humaine, corps et âme indissociés. Il ne fait pas bon s'aventurer sur ce domaine maudit comme l'auteur ne cesse de nous le démontrer au travers de 13 parties encadrées par un prologue et un épilogue.

- L'ampleur du "Mal" qui sévit à Wakehurst prend racine avec Bellovèse, (Glann Dicinn, 275 av JC) celte qui vendit son âme à une entité méphitique par l'intermédiaire d'un druide, Aithirne Ailgesach qui dirigea la cérémonie."Sabathan", force du mal puissante sera libérée pour venger la tribu des Cornivi, représentée par le fils Bellovèse, soi-disant en danger à cause des Durotriges, pourtant alliés de toujours ...

- "Servitude" 1016 : Un lord Henri Warren écrit à Sir Davis. Cette lettre témoigne du calvaire enduré par cet aristocrate qui a acheté le terrible manoir. Ce dernier donne des preuves de son impuissance à lutter contre le "Mal" mais aussi à s'enfuir... à cause de sa femme et sa fille...

- "Le naturaliste" 1285 : Abdallah an-Nasir, serviteur d'un naturaliste, Sir Edmond Carwin témoigne de leur folle recherche de spécimens inconnus jusque là. Ils iront parcourir les Terres Maudites par défi contre un autre naturaliste, Fawkes...

- "Pour châtier les moutards" 1442 : petit intermède assez terrifiant qui met en scène une fillette Tatia maltraitée par sa marâtre (Zora ?). Cette dernière la déteste au point d'invoquer Sabathan pour qu'il s'en repaisse....

- "Le Conte" 1574 se construit autour d'une collecte de légendes non répertoriées. Salvadore, au service de Charles De Serrault en perdra la mémoire lorsqu'il rencontrera les puissances infernales à l'œuvre au domaine de Wakehurst à cause de Zora la sorcière qui le mène au cœur de la tourmente depuis Bodmin Moor, village voisin mais exsangue, aux gens bizarres.

- "Le sabbat de Wakehurst" 1666 où l'on apprend que le "Mal" qui sévit sur ces terres effraie Satan lui-même.

- "L'affaire du siècle" 1726 nous conte l'histoire de Rose Winterman, nouvelle propriétaire du manoir au destin lui aussi tragique !

- "La malédiction des Weller" 1850 : confession du dernier serviteur des Weller où les apparences sont trompeuses. Lawrence et sa femme Mildred vivent dans le manoir, pour l'instant à l'abri des monstres mais pas pour longtemps car malheureusement un drame survient qui emporte la belle Mildred.

- "À propos de la folie" : le patient 64, un ancien exorciste est revenu des terres maudites avec une démence qui intéresse un professeur psychiatre. Celui-ci veut percer le mystère des folies provoquées par le domaine de Wakehurst. Son comportement irresponsable déchaînera les puissances.

- "En territoire ennemi" 1944 : Un aviateur nazi, Hans Studel que l'horreur n'effraie pas (il a commis des crimes sordides sans état d'âme) aura pour mission de s'emparer d'une arme cachée sur les Terres de Wakehurst et de la rapporter à ses chefs. L'artefact magique d'An-Nasir, capable de détruire mieux que des canons, se révèle introuvable. Que devient Studel ?

- "Cornwall Daily Record" 1953 écrit comme un article de journal permet de découvrir peut-être l'origine de la malédiction.

- "Ceux des tableaux" 1970 : un jeune homme doit se rendre à contre-cœur en compagnie de sa jeune épouse chez sa belle-mère détestée. Ses intuitions se révèlent exactes.

- "Les muses" 2015 : Ken Stepnigh, auteur à succès de littérature d'épouvante a perdu l'inspiration et compte la retrouver dans ce manoir perdu, Wakehurst, vendu pour une modeste somme.

L'épilogue promet des cauchemars pour les jours à venir car l'histoire de Wakehurst continue !

Découvrez les textes hallucinés (369 pages) de Barnett Chevin que vous pouvez vous procurer ici pour 9,90 € : http://www.lulu.com/fr/fr/shop/barnett-chevin/wakehurst-le-journal-de-kahmsa-an-nasir/paperback/product-22673582.html.

D'autres nouvelles de cet auteur prolifique sont également disponibles chez Lulu.com dans d'autres recueils (au moins 7 anthologies).

23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 19:24
Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !
Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !

Couverture des Cercles Mortels Recueil de nouvelles sur une héroïne pas banale !

Cela fait quelques mois que j'ai terminé les 5 nouvelles reprenant Sibilla, chroniqueuse de l'étrange accompagnée de son ami terre à terre : Leonardo Verga.

Cette héroïne naît dans la revue Futura grâce à un certain Pier Carpi et fut croquée par Luciano Bernasconi qui lui donna son allure de jeune femme dynamique mais sexy (ce qui n'est pas incompatible). Elle apparaît en bande dessinée aux côtés de bon nombre d'héros de l'époque des années 1970.

Nelly Chadour sous la direction de Jean-Marc Lofficier lui redonne vie pour notre plus grand plaisir. J'ai eu plaisir à savourer les histoires paranormales que cette auteur lui a concocté, toutes aussi palpitantes les unes que les autres !

La première "La disgrâce de Cagliostro" nous informe sur le rôle d'héritière de la jeune femme. En effet, elle est chargée par ce grand magicien de poursuivre son œuvre, c'est à dire d'empêcher un sorcier, Ruggieri de nuire. Son anneau, don du maître Cagliostro, lui est d'une aide précieuse. En toile de fond : L'affaire du collier de la Reine...

La deuxième : "Un admirateur" entraîne notre chère héroïne à la rencontre d'un sinistre personnage qui n'a qu'une idée fixe : faire tomber la belle, l'obliger à faire une erreur... Suspens garanti !

"Cercles Mortels", ensuite nous plonge dans des pratiques de sorcellerie de haut niveau. Stupéfiant ! Des personnes sont aux proies de menaces imaginaires mais ils les vivent dans leur chair et en meurent. Les supplices variés permettent de se rendre compte de l'immense imagination et talent de l'auteur pour sa mise en scène frappante de réalisme. J'ai été scotchée par ce texte.

"Histoires de fantômes Thaïlandais" : histoire où la magie change de continent. Les asiatiques possèdent des ressources originales pour s'approprier les âmes et obtenir des êtres possédés des actes repoussants. Leonardo sera en première ligne... Prenant ^^

La dernière "Lucia" révèle une partie du mystère Sibilla et j'ai apprécié qu'une zone d'ombre soit soulevée.

Donc si vous ne connaissez pas cette auteur Nelly Chadour, découvrez sa plume impertinente et inspirée au travers de ces courtes histoires.

Pour se procurer ce recueil :http://www.riviereblanche.com/collection-noire-n84-sibilla-cercles-mortels.html#fc1929d79c67211d33103a83b1b27321

Chez cet éditeur d'autres nouvelles de l'auteure sont disponibles dans différentes Anthologies (Dimension Super-Héros 1, 2 et 3, Dimension Chevalerie Chinoise, Dimension Trash)

D'autres titres de Nelly sont parus chez Le Carnoplaste comme la série des Dianes d'Aventin

(http://www.lecarnoplaste.fr/index.php?page=diane )

Un roman que j'ai chroniqué "Sous la peau " chez Trash Édition (http://trasheditions.wix.com/trasheditions#!product/prd1/1919851765/sous-la-peau ) donne l'ampleur du phénomène Nelly Chadour qui a ouvert une cagnotte où vous pouvez contribuer d'ailleurs (https://www.tipeee.com/la-plumitive-primitive ) à partir de 1 €

Egalement publiée chez Artistes Fous Associés (http://www.lesartistesfous.com/les-editions-des-artistes-fous/les-contes-marron ), et Malpertuis (http://www.ed-malpertuis.com/ ) cette Plumitive Punitive est à suivre, je vous l'dis!

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/nellyscreamy/

Son Blog : http://nellyc.canalblog.com/archives/2016/07/16/34090525.html

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 00:30
Un Continum spécial Loup

Un Continum spécial Loup

J'avais participé à cet appel à textes mais mon texte n'a pas été retenu. Donc je voulais lire les auteurs qui ont eu la chance d'être sélectionnés. Sur les 6 textes, 3 m'ont vraiment plu alors que les autres ne m'ont pas accroché plus que ça.

Tant que le loup n’y est pas

Six auteurs francophones vous emmènent sur des chemins tortueux à la rencontre de loups de toutes sortes : qu’ils soient communs ou maudits, ces Canis Lupus vous emporteront dans des aventures qui vous feront rêver ou frissonner…

Détails : ​

Elle de Béatrice Ruffié-Lacas nous montre qu’il est très difficile d’accepter, pour une jeune adolescente, l’absence de sa mère. La raison à cela est fort bien amenée : une vraie surprise vous attend en fin de lecture. J’ai beaucoup apprécié cette nouvelle ^^

Les enquêtes de Messire Fulbert Lupus Dei de Loïc Lendemaine. Histoire racontée en français ancien qui m’a un peu déstabilisée. Une fois l’habitude installée, les aventures de Fulbert paraissent suffisamment bizarres pour qu’on s’y intéresse. J’avoue avoir deviné souvent la manière dont les choses allaient se dérouler… Je salue toutefois le bel exercice de style servi par une documentation sur les mœurs au Moyen-Âge.

Loup, où es-tu ? d’Hélène Duc. Des personnages d’aujourd’hui, malfaiteurs de leur état ont mis au point un plan pour cambrioler un musée. La pierre de lune leur promet une fortune colossale. Ils rêvent, sauf l’un d’eux qui ne se réjouit pas d’avance, pressentant un problème. En effet il aura raison ! Très bonne nouvelle, originale, aux multiples rebondissements.

Un vrai plaisir de lecture ^^

Givre et sève de Marie Loresco. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire ! L’auteur joue sur des mondes parallèles mais je ne voyais pas bien où se situaient les personnages ni où elle voulait en venir ! Trop confus ou poétique pour moi !

Dépression de Barnett Chevin. Très surprenant, surtout l’issue ! L’air de rien, Barnett nous entraîne dans les méandres sombres des âmes humaines. J’adore !

(Et le clin d’œil à Georges ^^).

La chanson de Madiel de Sylvain Lamur m’a laissée de marbre. L’idée est intéressante mais la forme ne m’a pas semblé pertinente. Tout le long de cette balade, les mêmes renseignements nous sont fournis, ce qui fait que l’on tourne en rond avec le personnage. Est-ce voulu ? Je n’ai pas été convaincue en tous cas.

Si vous voulez l'acheter : http://www.lulu.com/shop/barnett-chevin-and-helene-duc-and-loic-lendemaine-and-beatrice-ruffi%C3%A9-lacas/tant-que-le-loup-ny-est-pas/paperback/product-22673486.html (6,10 €)

La quatrième de couverture

La quatrième de couverture

30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 23:59
Dans l'Arène Hors-Série numéro 3

Dans l'Arène Hors-Série numéro 3

J'ai participé à ces duels entre écrivains... Malgré que je n'ai point gagné, une de mes nouvelles se trouve en lecture gratuite dans ce numéro. Il s'agit de "Déca-Danse" inspirée par le thème du XIX ème et des maisons de passe + des métamorphes ;)

Il y a de quoi lire dans ce recueil de nouvelles fantastiques ou Science-Fiction ! Pas moins de 409 pages, 8 interviews et 21 nouvelles de SFFF...

Allez-y ! Vous ferez de belles découvertes d'auteurs talentueux.

Lien vers le site pour télécharger ce numéro : http://notre-nouveau-monde.blogspot.fr/2016/06/revue-sfff-nouveau-monde-hors-serie-n3.html

Présentation

  • : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique " LE PIANO MALÉFIQUE " car je me suis découvert une passion pour l'écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j'ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m'en voulez pas d'être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n'y a qu'un livre ! ( La Confrérie de l'imaginaire )
  • Contact

  • francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche